La lettre de Bruno Gollnisch à Florian Philippot où il sous-entend que les tensions au FN sont orchestrées

Publié à 21h05, le 16 avril 2015 , Modifié à 21h18, le 16 avril 2015

La lettre de Bruno Gollnisch à Florian Philippot où il sous-entend que les tensions au FN sont orchestrées
© Capture d'écran Canal+
Image Sylvain Chazot


THIS IS SPARTA - La guerre qui couve au Front national ne se limite pas un affrontement entre Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen. Elle génère des tensions bien plus grandes entres les lieutenants de l'une et les fidèles de l'autre, comme l'ont déjà laissé voir certaines prises de positions de ceux qui, au FN, sont appelés les "NatRep" (nationaux-républicains). Ainsi le 9 avril, le directeur de cabinet de Florian Philippot Joffrée Bollée avait dénoncé sur Twitter "les pleurnicheries de Jean-Marie Le Pen". Tout ça avant de retirer son message.

Nouvelle illustration des tensions qui existent au FN entre les deux camps ce jeudi 16 avril. Le Petit Journal de Canal+ a pu filmer une lettre écrite par Bruno Gollnisch et adressé à "Florian" – ce qui laisse quand même assez peu de doute sur le destinataire de cette missive, notamment quand on s'intéresse à son contenu. La lettre était, qui plus est, écrite dans l'hémicycle du Parlement européen où Bruno Gollnisch et Florian Philippot siègent tous les deux.

Le contenu, le voici, comme l'a diffusé Le Petit Journal :

Florian,

Il faut vraiment que nous nous parlions tous les deux car autrement les dynamiques en présence vont conduire à un affrontement beaucoup plus nuisible qu'on ne l'imagine.  

À moins que ce ne soit le but recherché ?

Bien à toi, Bruno.

Un instant découpé par le Lab et à revoir en vidéo ci-dessous :

 



Et voici donc Bruno Gollnisch, fidèle d'entre tous les fidèles à Jean-Marie Le Pen, qui sous-entend que les tensions qui règnent actuellement au Front national serve Florian Philippot – et par extension Marine Le Pen, dont le vice-président est un des proches, des très proches.

D'après le Canard Enchaîné et Minute, c'est lui qui a convaincu la présidente du FN de prendre des sanctions contre Jean-Marie Le Pen après les dernières polémiques du "Menhir". Selon les deux hebdomadaires, le vice-président du FN a même menacé de démissionner si le président d'honneur du parti n'était pas puni. Ce que Florian Philippot dément.

De son côté, Bruno Gollnisch a décidé de présenter sa candidature pour mener la liste FN en PACA pour les prochaines régionales, face à Marion Maréchal-Le Pen, qui est soutenue par… Marine Le Pen.  

Bref, le dawa est proche au Front national. Ce qui au Lab nous fait un peu penser à cette chanson : 



Du rab sur le Lab

PlusPlus