Wallerand de Saint-Just (FN) profondément choqué par une Marianne représentée en réfugiée

Publié à 14h01, le 03 octobre 2015 , Modifié à 14h04, le 03 octobre 2015

Wallerand de Saint-Just (FN) profondément choqué par une Marianne représentée en réfugiée
© DR

"Marianne n'a pas de race, pas de couleur." Marine Le Pen adhère "évidemment" aux propos de Manuel Valls, mercredi 30 septembre à l'Assemblée nationale. Elle l'a dit, jeudi, sur Europe 1. Même au FN, Marianne n'a donc ni race, ni couleur. Mais, pour Wallerand de Saint-Just, ce n'est pas une raison pour la représenter en réfugiée.

Ce samedi, la tête de liste FN en Île-de-France s'indigne en effet de la représentation, dans la mairie de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), de Marianne sous les traits d'une réfugiée. Il le fait sur Twitter, article du Parisien à l'appui, expliquant que cela "en dit long le remplacement de notre civilisation".  

Le "grand remplacement" est une idéologie qui désigne le "remplacement" supposé en cours des Français blancs et chrétiens par une immigration extra-européenne, particulièrement maghrébine et subsaharienne, de religion musulmane. Cette idée divise profondément le FN

Mais revenons à Fontenay-sous-Bois. Cette Marianne en question est une œuvre d'art exposée à la mairie dans le cadre d'Art Cité, le rendez-vous annuel de l'art contemporain de la ville et qui se déroule cette année du 1er au 31 octobre. Pour l'instant remisée, la Marianne originale reprendra la place qui lui est due dans l'Hôtel de ville dès la fin de l'exposition.

C'est donc ce "remplacement" qui choque Wallerand de Saint-Just. Contacté par le Lab, la tête de liste FN en Île-de-France explique :

Ce n'est pas tant la photo de la migrante que le fait que la Marianne ait été enlevée et remplacée dans la salle du conseil municipal qui me choque. Pour cette exposition sur l'immigration et les clandestins, les organisateurs ont réussi à remplacer Marianne. C'est fait de manière idéologique. Et il est très possible que ce soit un acte politique.

 

Le maire PCF de Fontenay-sous-Bois Jean-François Voguet dénonce, pour sa part, une polémique "idiote". Au Lab, le premier édile explique que la salle où se tient l'exposition n'accueillera aucun conseil municipal jusqu'à la fin de l'événement culturel. "Et pour le prochain conseil municipal, il y aura la Marianne originale", assure-t-il, expliquant que de toute façon, les symboles de la République se retrouvent de partout dans l'Hôtel de ville.

Jean-François Voguet se félicite que des artistes aient souhaité montrer leur soutien aux réfugiés. "Le droit d'asile est premier en France", dit-il avant de lancer un message à Wallerand de Saint-Just :

Quand le Front national me fait des reproches sur les idées de la République, je vomis. Ce n'est pas un parti républicain.

 

Wallerand de Saint-Just n'est pas le seul à s'insurger de ce détournement du symbole de la République française. Citée par Le Parisien, Brigitte Chambre-Martin, élue LR d’opposition, y voit "un acte politique, une provocation". "J’aurais préféré qu’on mette les deux Marianne côte à côte pour ne pas opposer les Fontenaysiens en difficulté qui ont besoin d’aide et la volonté d’accueillir les réfugiés", dit-elle.

Du rab sur le Lab

PlusPlus