Le Canard Enchaîné accuse Manuel Valls d'évacuer les SDF de la rue de la Roquette

Publié à 21h17, le 23 octobre 2012 , Modifié à 08h40, le 24 octobre 2012

Le Canard Enchaîné accuse Manuel Valls d'évacuer les SDF de la rue de la Roquette
Manuel Valls, le 18 octobre 2012, à Toulouse. (MaxPPP)
Image Paul Larrouturou

Par

ROQUETTE - Selon Le Canard Enchaîné à paraître ce mercredi 24 octobre, Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, aurait demandé aux policiers du quartier où il réside, dans le XIème arrondissement de Paris, d'avoir désormais "une tolérance zéro pour les SDF sur les trottoirs", sur demande express de son épouse, Anne Gravoin.

Un nouvel article qui met la violoniste en première ligne, après les critiques d'un conseiller anonyme de Matignon, déjà dans Le Canard Enchaîné, fin août.

  1. 1

    "Madame Valls a été très choquée par les femmes qui mendient avec leurs bébés"

    Sur lelab.europe1.fr

    On savait déjà que Manuel Valls dormait très rarement dans son logement de fonction car son épouse était réticente à "dormir dans l'ancien lit de Claude Guéant".

    Manuel Valls et sa famille vivent donc, selon Le Canard Enchaîné, dans un "bel appartement dans le XIème, à deux pas de la rue de la Roquette."

    Or, selon l'article intitulé Valls tire à la Roquette sur les SDF de Bastille, le commissariat du XIème arrondissement de Paris a reçu des consignes pour faire patrouiller plus de policiers dans la rue et avoir désormais "une tolérance zéro pour les SDF sur les trottoirs".

    A l'origine de ces consignes, selon l'hebdomadaire satirique d'investigation, une intervention de l'épouse du locataire de la place Beauvau. Le palmipède écrit en situant la scène "début octobre":

    Devant une épicerie Franprix de la rue de la Roquette, où elle était venue faire ses courses, Mme Valls a été importunée par un SDF éméché qui voulait lui taper quelques piécettes.Par ailleurs, elle supporte assez mal la présence de femmes roms qui, depuis quelques temps, viennent mendier avec leurs bébés dans son quartier.Elle s'est donc émue de tous ces désagréments auprès de son ministre de mari. Coup de karcher (de gauche) garanti !

    Interrogé par Le Canard, la place Beauvau et la préfecture de Paris démentent catégoriquement.

    Le cabinet de Manuel Valls assure :

    Le ministre n'a fait aucune demande privative.

    Mais Le Canard cite notamment un "poulet" de la Bastille qui admet avoir été témoin de la "réactivation" d'un arrêté de 2008 du préfet de police de Paris interdissant la consommation d'alcool sur la voie publique dès 16H. Le policier anonyme déclare même :

    C'est parce que Mme Valls a été très choquée par les femmes qui mendient avec leurs bébés. C'était une réaction d'humanité.

    Ce n'est pas la première fois que Anne Gravoin se retrouve dans Le Canard. L'épouse du ministre de l'Intérieur avait fait des confidences très people au Parisien, le 29 juin. Elle se voyait alors "un peu plus glamour que madame Ayrault". Une déclaration qui avait beaucoup fait râler Matignon... selon, déjà, Le Canard Enchaîné. Volant à son secours, Manuel Valls avait alors estimé que son épouse avait été "piégée" par un journaliste.

    Sinon, Anne Gravoin, qui travaille avec Johnny Hallyday, n'a rien tweeté depuis quatre mois, mais il fut un temps où la violoniste envoyait des bisous, baisers et smileys via Twitter.

    [Mise à jour, mercredi 24, 16H] La contre attaque de Valls

    Dans un communiqué envoyé à la presse mercredi, le ministre "tient à démentir de manière catégorique le contenu et les suppositions de l'article du Canard enchaîné".

    Cet article "affirme, de manière infondée, (que le ministre) aurait mobilisé les services de police dans son intérêt personnel ou celui de sa femme en demandant que soient délogées les personnes sans domicile fixe ou qui se livrent à la mendicité installées dans ce secteur", résume Manuel Valls.

    Ce quartier "est un secteur populaire, commerçant et festif qui connaît, depuis longtemps, des problématiques d'insécurité et d'installations d'individus dans l'espace public".

    Elles sont "relayées par les riverains, les commerçants, le conseil de quartier", relève le ministre et :

    Dès lors que des demandes légitimes et récurrentes de riverains appellent les autorités à mettre en place des mesures de sécurité, le ministre de l'Intérieur, qui est aussi un citoyen, ne saurait en être exclu.

    Selon le communiqué, le Canard enchaîné,"en indiquant explicitement que les mesures prises dans le quartier concerné seraient le fruit d'une 'commande injustifiée, discrétionnaire et arbitraire', soit relaye une rumeur infondée au mépris des plus simples précautions journalistiques, soit travestit la réalité dans un but mercantile".

    Quant à l'arrêté préfectoral de 2008 interdisant la vente d'alcool sur la voie publique entre 16H00 et 07H00 qui aurait été "réactivé", Manuel Valls juge que le Canard enchaîné"ignore délibérément que cet arrêté préfectoral, pris à la suite d'une initiative de la municipalité du 11e arrondissement, constitue, depuis plus de trois ans, le cadre d'intervention régulier des services de police".

    Son ministère indique également avoir adressé "mercredi un courrier de démenti"à la direction de l'hebdomadaire.

Du rab sur le Lab

PlusPlus