Le débat n'est pas terminé que le FN s'en prend déjà aux journalistes

Publié à 23h18, le 03 mai 2017 , Modifié à 23h18, le 03 mai 2017

Le débat n'est pas terminé que le FN s'en prend déjà aux journalistes
© Giphy

Le débat de l'entre-deux-tours organisé ce mercredi 3 mai est l'occasion pour les deux  finalistes de s'affronter. Marine Le Pen en profite également pour s'égarer totalement lorsqu'elle parle d'économie et notamment de la sortie de l'euro, qui fait débat dans son propre camp.

Mais, avant même la fin du débat, le FN a trouvé la parade : s'en prendre aux journalistes. Jean Messiha, coordinateur du projet de Marine Le Pen, estiment ainsi que les deux animateurs du débat, Nathalie Saint Cricq et Christophe Jakubyszyn, veulent "sauver" Emmanuel Macron, avec une préférence tout de même pour le chef du service politique de TF1.

Il n'est pas le seul. Sébastien Chenu, conseiller de Marine Le Pen, est présent en régie lors du débat. Il raconte que Michel Field, directeur de l'information de France Télévisions, "ricane" pendant que la candidate du FN cite De Gaulle.

Steeve Briois lui embraye et traite le journaliste de "caniche du système".

Le président du FN par intérim avait auparavant accusé Michel Field d'avoir ordonné aux journalistes "de passer à autre chose car Marine [Le Pen] est trop bonne".

D'autres, comme Aloïs Navarro, proche de Florian Philippot, accuse Delphine Ernotte de "connivence" avec le candidat d'En Marche !

On peut se tromper mais les éléments de langage des frontistes dès jeudi, pour évoquer ce débat, vont sans doute être, en partie, de s'en prendre aux journalistes. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus