Le FN David Rachline estime que Philippe Poutou n'a pas dû voir un ouvrier depuis "bien longtemps" car il est syndicaliste

Publié à 10h01, le 06 avril 2017 , Modifié à 10h01, le 06 avril 2017

Le FN David Rachline estime que Philippe Poutou n'a pas dû voir un ouvrier depuis "bien longtemps" car il est syndicaliste
David Rachline © AFP
Image Sylvain Chazot


Les attaques ont apparemment du mal à être digérées. Voir , l'accuser de "taper dans la caisse" de l'Europe et de se réfugier derrière son immunité parlementaire pour ne pas répondre aux convocations de la police, n'a pPhilippe Poutou s'en prendre directement à Marine Le Pen lors du débat présidentielas été apprécié par les partisans de la frontiste.

Deux jours plus tard, ce jeudi 6 avril, David Rachline est toujours remonté. Invité de RMC, le directeur de campagne de Marine Le Pen réplique et s'en prend directement à l'adversaire du NPA. Impossible de laisser croire que Philippe Poutou porterait plus la voix des ouvriers que sa championne. Alors David Rachline mord. Fortement.

"Sur le fond, il n'y a rien du tout. Il y a quelqu'un qui se réfugie dans l'insulte parce qu'il n'a strictement aucune proposition", débute-t-il avant d'estimer que "ces gens-là" sont des traîtres "parce que quand on est contre la nation, quand on est contre les protections aux frontières, alors on trahit les ouvriers".

Et David Rachline d'ajouter que, selon lui, Philippe Poutou n'a pas dû voir un ouvrier "depuis bien longtemps". Pourquoi ? Parce qu'il est syndicaliste. Voici l'échange :

-          David Rachline : À mon avis, ça fait bien longtemps qu'il n'a pas vu un ouvrier monsieur Poutou.

-          Jean-Jacques Bourdin : Il est ouvrier lui-même, pardon.

-          David Rachline : Oui. Il est surtout syndicaliste.

-          Jean-Jacques Bourdin : Il est ouvrier à Blanquefort et il va au boulot tous les jours. Et aucun d'entre vous ne le fait, pardon.

-          David Rachline : Il va sans doute dans sa permanence syndicale mais à mon avis très peu au boulot en réalité.

David Rachline estime donc qu'un représentant syndical ne travaille pas vraiment.

Le frontiste a été élu conseiller municipal à Fréjus en 2008 puis conseiller régional en 2010. Il est le maire de Fréjus depuis avril 2014 et sénateur depuis Var depuis septembre de cette même année. Il a également été salarié de la société Riwal, entreprise visée dans l'enquête sur le financement du FN.

Philippe Poutou, pour sa part, est ouvrier mécanicien à l'usine Ford de Blanquefort, en Gironde. Il est également syndicaliste CGT. Parallèlement à la campagne présidentielle, le candidat du NPA poursuit son combat syndical en militant ardemment pour empêcher la fermeture de son usine, envisagée par la firme automobile américaine.



[BONUS TRACK] L'avion, c'est pas pour les chiens

David Rachline est cité dans une enquête préliminaire pour suspicion d'emplois fictifs au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais. En 2010, le directeur de campagne de Marine Le Pen a été salarié par le conseil régional alors qu'il était, en même temps, élu municipal à Fréjus. Et alors ? ©, rétorque le frontiste depuis la révélation de l'affaire par Le Canard Enchaîné mardi.

Ce jeudi, sur RMC, après avoir hésité sur le nombre de mois où il a effectivement été salarié par le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, deux ou trois, il ne sait plus, David Rachline se défend à nouveau de tout emploi fictif. Il argue notamment qu'il existe aujourd'hui des moyens techniques pour cumuler deux fonctions électives dans des régions distantes de plus de 1.000 kilomètres :

Vous savez, l'avion ça va vite, le TGV aussi. Et il y a internet. On fait beaucoup de choses à distance.

En résumé, pour David Rachline, il n'y a pas d'affaire et l'ouverture d'une enquête est une manœuvre politique du pouvoir en place. Du François Fillon dans le texte.

Du rab sur le Lab

PlusPlus