Législative partielle à Belfort : quand le candidat FN évoquait le "problème" du retrait de la transsexualité de la "liste des maladies mentales"

Publié à 11h21, le 21 janvier 2018 , Modifié à 11h56, le 22 janvier 2018

Législative partielle à Belfort : quand le candidat FN évoquait le "problème" du retrait de la transsexualité de la "liste des maladies mentales"
© Capture d'écran
Image Loïc Le Clerc


Vous ne le savez peut-être pas, mais les 28 janvier et 4 février prochain, c'est jour d'élection législative dans la première circonscription du Territoire de Belfort. Ian Boucard, le député LR *sortant*, a vu son élection invalidée par le Conseil constitutionnel parce que le bougre avait distribué des faux tracts du FN et de LFI, tracts appelant à voter pour lui, face au candidat LREM/MoDem. Une belle tentative d'entourloupe qui ne l'empêche pas de se représenter.

Passons.

Car au-delà du duel LREM/LR, cette législative partielle comporte un autre enjeu : qui sera le champion de l'extrême droite entre le candidat du FN et celle de Les Patriotes ? Et à ce jeu-là, on tient déjà un concurrent de classe mondiale. Il s'agit du frontiste Jean-Raphaël Sandri.

Déjà en lice en juin dernier (où il avait glané 17,5% des voix au premier tour), Jean-Raphaël Sandri verra cette fois-ci l'eurodéputée Sophie Montel, proche de Florian Philippot, chasser sur ses terres. Mais il faudra que cette dernière passe un cap niveau dérapage.

En effet, Jean-Raphaël Sandri voit certains de ses anciens tweets refaire surface, dont notamment un, daté du 12 novembre 2017, où il évoquait le "problème" du retrait de la transsexualité de la "liste des maladies mentales". Jean-Raphaël Sandri écrivait, répondant à une *analyse* de Damien Rieu, directeur de la communication de la ville de Beaucaire :

C'est bien le problème depuis que le Transsexualisme a été retiré de la liste des maladies mentales. On ne peut avoir le beurre et l'argent du beurre.

Pour sa part, Damien Rieu s'interrogeait : "Si la transexualité n'est pas une maladie, pourquoi la sécurité sociale rembourse les opérations ?"

Dimanche 14 janvier, BuzzFeed et Mediapart ont révélé comment le parti d'extrême droite a réalisé des fiches sur ses différents candidats en amont des investitures pour les législatives. Certains ont tenu par le passé des propos racistes, d'autres ont eu des mots antisémites, quelques-uns ont porté une parole homophobe, sexiste ou insultante. Et le FN savait tout. D'après Mediapart, au moins 25 candidats ont été investis "malgré les alertes des listings". Et ça continue.

LIRE AUSSI SUR LE LAB

La vacherie de Gilbert Collard sur Florian Philippot : "Quand Philippot sera enterré à Colombey-les-Deux-Eglises, j’irai"



[EDIT 12h40]

Sur Twitter, Jean-Raphaël Sandri a tenu à préciser sa pensée. Il écrit :

Il y a incohérence à maintenir le remboursement par la Sécu alors que la transexualisme n'est plus une maladie.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus