Les Républicains autorisent le CNIP à participer à la primaire

Publié à 21h25, le 03 mai 2016 , Modifié à 21h30, le 03 mai 2016

Les Républicains autorisent le CNIP à participer à la primaire
Nicolas Sarkozy prenant la parole au siège de Les Républicains, rue de Vaugirard à Paris © THOMAS SAMSON / AFP
Image Etienne Baldit


Début mars, il semblait acquis que le Centre National des Indépendants et Paysans (CNIP) ne serait pas autorisé à concourir à la primaire en tant que parti indépendant, contrairement au Parti chrétien démocrate (sous la bannière duquel se présente Jean-Frédéric Poisson). La manoeuvre semblait alors destinée à faire obstacle à la candidature de Nadine Morano, qui avait été en contact avec la formation qui se situe entre la droite et l'extrême droite. Retournement de situation, mardi 3 mai.

Le bureau politique de LR a en effet décidé l'inverse. Dans un communiqué, le parti écrit :



Après avoir auditionné le Président du Centre National Indépendant et Paysan (CNIP), Bruno NORTH, le Bureau Politique des Républicains s’est prononcé à l’unanimité des participants, moins une abstention, en faveur de la participation du CNIP à la Primaire de la Droite et du Centre.

Cela dit, le CNIP ne devrait pas présenter de candidat, comme l'affirme au Lab un membre du bureau politique de LR :

Bruno North nous a dit qu'il souhaitait que le CNIP soit associé au processus de la primaire, pour le favoriser, mais il a acté qu'il ne présenterait pas de candidat.

Selon la même source, un bureau politique du CNIP devra officialiser cette décision au mois de juin. Il s'agit donc plutôt pour ce petit parti d'afficher un réel rapprochement avec LR, lui à qui il a souvent été reproché une trop grande proximité avec le FN. "Sur ce sujet, Bruno North a été d'une très grande clarté, assure ce cadre de LR. Il a dit être un très grand adversaire du FN, qu'il n'y aurait jamais d'accord avec eux ni de soutien pour eux. Ils veulent travailler avec LR."

En mars, Nadine Morano avait démenti auprès du Lab être dans la recherche d'un moyen de concourir sous les couleurs du CNIP, ce qui lui aurait permis de s'affranchir de la condition des parrainages, et notamment de ceux des parlementaires. Elle disait alors :

Je n'ai jamais fait de démarche envers eux, ce sont eux qui m'ont contactée. Je les ai eus 15 minutes au téléphone, ça n'est jamais allé plus loin que ça. Je leur avais dit qu'il n'y avait aucune chance qu'une personnalité de l'équipe dirigeante de LR les rejoigne pour la primaire.

Ça n'aurait eu aucun sens ni logique politique.

Du rab sur le Lab

PlusPlus