L'ex-FN Chauprade s'en prend à Marine Le Pen pour empêcher les "soraliens" "Chatillon et ses amis" d'avoir "leurs entrées à l'Élysée"

Publié à 21h40, le 16 mars 2017 , Modifié à 22h09, le 16 mars 2017

L'ex-FN Chauprade s'en prend à Marine Le Pen pour empêcher les "soraliens" "Chatillon et ses amis" d'avoir "leurs entrées à l'Élysée"
Marine Le Pen et Aymeric Chauprade © AFP
Image Sylvain Chazot


La rupture ne s'est pas déroulée dans un climat apaisé. En 2015, Aymeric Chauprade a claqué la porte du FN. Certains ont voulu voir dans ce départ précipité la conséquence de son rôle obscur dans l'évasion des deux pilotes français impliqués dans l'affaire Air Cocaïne. Lui préférait mettre en avant "une raison morale et une raison de fond, idéologique", affirmant que Marine Le Pen n'a pas la carrure pour présider la France et que le FN est devenu "un étouffoir" où on ne peut plus "penser". Aymeric Chauprade pointait alors un responsable : Florian Philippot.

L'eurodéputé est toujours aussi remonté mais, désormais, ce n'est plus le vice-président du FN qui est visé.

Après avoir dénoncé, en janvier 2016, l'influence d'Alain Soral au FN, il vise cette fois l'entourage même de Marine Le Pen, ses amis et ex-gudards Frédéric Chatillon et Axel Lousteau. En cette mi-mars, à quelques semaines du premier tour de l'élection présidentielle, Aymeric Chauprade multiplie les interventions pour s'en prendre à ce "clan", là dans le livre des journalistes Marine Turchi et Mathias Destal, Marine est au courant de tout (éd. Flammarion), là dans Envoyé Spécial ce jeudi 16 mars, là dans une interview à L'Express.

Dans l'hebdomadaire, Aymeric Chauprade défouraille. Pourquoi ? Parce qu'il craint que le clan Chatillon & cie n'obtienne ses entrées à l'Élysée si Marine Le Pen est élue présidente de la République. Il dit :

Les Français doivent savoir, s'ils veulent voter Marine Le Pen, qui elle est vraiment et surtout qu'elle est tenue, qu'elle n'est pas libre. Quand je vois les autres affaires qui éclatent sur Fillon, et même Macron, je me dis que c'est quand même incroyable que Marine Le Pen arrive à passer entre les gouttes. Donc il faut que je dise ce que je sais. Si je ne le fais pas et qu'elle est élue présidente, je prends la responsabilité que Chatillon et ses amis aient leurs entrées à l'Elysée.

Car les noms de Frédéric Chatillon et Axel Lousteau ne sont pas inconnus. Ils figurent en haute place dans l'affaire Riwal. Frédéric Chatillon a été mis en examen pour financement illégal de parti politique. Axel Loustau, trésorier du micro-parti de Marine Le Pen Jeanne est également mis en examen pour escroqueries.

Idéologiquement, les deux hommes sont à classer du côté de l'extrême droite. Début février, ils avaient participé à une soirée organisée par les identitaires à Lyon en marge des Assises de Marine Le Pen. Une soirée plutôt sympathique où des propos racistes et antisémites furent largement tenus et entendus, comme l'avait rapporté à l'époque BuzzFeed. Dans Marianne, mercredi, on apprend également que les anciens gudards et leurs amis sont de forts admirateurs des croix gammées et autres saluts nazis.

Dans L'Express, Aymeric Chauprade ajoute :



J'ai découvert que le clan Chatillon, qui a une lecture de l'Histoire complètement antisémite qu'il maquille par de l'antisionisme, n'est pas marginal puisqu'il a le pouvoir sur l'économie du FN. J'ai découvert, mois après mois, l'emprise de ce clan sur elle. Ce n'est pas une emprise idéologique mais, manifestement, ce clan "tient" Marine Le Pen qui les couvre en permanence. […] J'ai été témoin de blagues sur l'Holocauste dans les fêtes, dans les soirées. Ils sont soraliens et assument Soral.

Concernant spécifiquement Marine Le Pen, Aymeric Chauprade explique que la présidente du FN a mis en place dès juin 2014 le "système" des assistants parlementaire qui vaut aujourd'hui à la candidate à l'élection présidentielle d'être poursuivie par la justice.  

Du rab sur le Lab

PlusPlus