Marine Le Pen estime qu'elle "ne sert à rien" à l'Assemblée nationale

Publié à 06h10, le 20 décembre 2017 , Modifié à 06h14, le 20 décembre 2017

Marine Le Pen estime qu'elle "ne sert à rien" à l'Assemblée nationale
Marine Le Pen © AFP
Image Sylvain Chazot


LE BLUES – Elle en avait tant rêvé, de cette place à l'Assemblée nationale, ici, là-haut, posée au milieu des autres représentants de la Nation. Mais, tout bien réfléchi, être députée, ce n'est pas si facile et la claque subie par l'autoproclamé "premier parti de France" lors des dernières élections législatives, rendant impossible la création d'un groupe parlementaire, a laissé des traces.

Résultat, aujourd'hui, Marine Le Pen a le blues. Le blues de l'Assemblée nationale. Entourée de ses sept autres complices, pardon six depuis le départ de José Evrard, parti rejoindre Florian Philippot chez Les Patriotes, la présidente du FN se sent inutile. Citée par Le Canard Enchaîné ce mercredi 20 décembre, la finaliste de la dernière élection présidentielle a confié à des proches :



Je ne sers à rien, mais si je n'y vais pas, on va me le reprocher.

Effectivement, une absence de Marine Le Pen de son poste à l'Assemblée nationale pourrait créer une certaine frustration chez ceux qui ont cru en elle et ont décidé de voter pour elle aux législatives.

Selon le site Nosdéputés.fr, qui recense l'activité des parlementaires, la présidente du FN n'est pas la plus mauvaise élève du Palais Bourbon.



En 16 semaines d'activité, Marine Le Pen est intervenue 12 fois en commission, 56 fois en hémicycle. Elle a proposé 42 amendements et deux propositions de loi écrites, sept propositions de loi signées, ce qui, selon Nosdéputés.fr, en fait l'une des 150 députées les plus actives. Mais voilà, la cheffe frontiste est parfois à la peine. Faute de groupe parlementaire, son champ d'action et son temps de parole sont réduits. Et encore, on ne parle de ces fois où l'ancienne candidate à la présidentielle s'emmêle totalement les pinceaux et confond des amendements à l'Assemblée

Du rab sur le Lab

PlusPlus