Marine Le Pen parle d'elle-même à la troisième personne

Publié à 11h02, le 29 mars 2013 , Modifié à 11h02, le 29 mars 2013

Marine Le Pen parle d'elle-même à la troisième personne
Marine Le Pen sur BFM TV (capture).

La troisième personne, c'est son dada. Elle aime ça, Marine Le Pen, abandonner le "je" et s'appeler par son nom. A trois reprises, ce vendredi matin sur BFM TV, la présidente du Front national a appliqué la méthode Alain Delon, alors qu'elle debriefe l'interview de François Hollande sur France 2 la veille au soir.

Première occasion: la situation chypriote. François Hollande s'est engagé, jeudi soir, à ce que la situation chypriote ne se produise pas en France. Mais Marine Le Pen n'est pas d'accord :

"

Rien ne permet à un gouvernant français de dire que la situation qui se déroule aujourd'hui à Chypre ne pourra pas se dérouler demain en France. Ça c'est une certitude.

Ça remet d'ailleurs à leur place tous ceux qui pendant la campagne présidentielle venaient tacler Marine Le Pen en disant que les propositions de Marine Le Pen, c'était la ruine des épargnants. 

"

Après avoir parlé d'Europe, Marine Le Pen se consacre à un autre de ses sujets favoris: la préférence nationale.

"

Je ne suis pas la seule aujourd'hui, je ne suis plus la seule à le dire. Puisque que fait Monsieur Cameron aujourd'hui ?

Et bien Monsieur Cameron il applique le programme de Marine Le Pen en matière d'immigration. C'est à dire qu'il met en place une forme de priorité nationale.

"

 
On n'est jamais mieux servi(e) que par soi-même, et Marine Le Pen le sait bien. Alors qu'elle est attaquée sur ses présences irrégulières au Parlement européen, Marine Le Pen se défend. Et abandonne à nouveau le je :
 
 

"

Si quelqu'un a à son bilan le fait d'avoir permis aux Français de comprendre comment fonctionnait l'Union européenne, les malheurs qui en découlaient, je crois quec'est Marine Le Pen, voyez-vous ?
 
 
Et aucun autre député européen. Les français sont probablement incapables de vous nommer un seul député européen français.

"

 
 
A part elle, bien sur.

A lire aussi sur Le Lab:

> La rhétorique Delon pour François Hollande et Daniel Cohn-Bendit 

Du rab sur le Lab

PlusPlus