Marion Maréchal-Le Pen qui s’engage à ne plus subventionner les plannings familiaux, article le plus lu de la semaine

Publié à 17h06, le 28 novembre 2015 , Modifié à 17h06, le 28 novembre 2015

Marion Maréchal-Le Pen qui s’engage à ne plus subventionner les plannings familiaux, article le plus lu de la semaine
Image Sébastien Tronche


BEST-OF HEBDO – C’est samedi, c’est top hebdo. Comme chaque samedi, et avant le rendez-vous incontournable du Flop Hebdo du dimanche, le Lab vous propose de retrouver les articles les plus lus de la semaine avec, en numéro un ce 28 novembre, Marion Maréchal-Le Pen qui s’engage, devant La Manif pour tous, à ne plus subventionner les plannings familiaux s’il elle l’emporte en PACA.

#1 – "Pas question de leur verser un sou"

C’est lors d'une réunion publique entre la tête de liste FN en Provence-Alpes-Côtes d'Azur et des sympathisants de La Manif pour tous que Marion Maréchal-Le Pen s’en est prise aux… plannings familiaux. Et la députée FN de s’engager à ne plus subventionner les plannings familiaux si elle remporte la région PACA aux élections régionales.

[A VOIR ICI]

#2 – Fraude = terrorisme ? C'est un peu plus compliqué...

Valérie Pécresse a-t-elle expliqué que la fraude dans les transports en commun pouvait mener au terrorisme, ou en tous cas que les deux phénomènes était intimement liés ? C'est ce qui ressortait d'une citation extraite d'un meeting de la candidate de la droite et du centre aux régionales en Île-de-France, dimanche 22 novembre. Un propos en réalité incomplet et tronqué, l'explication complète de Valérie Pécresse étant plus complexe que cela.

[A VOIR ICI]

#3 – "Misérable"

Comme beaucoup de responsables politiques, Jean-Luc Mélenchon était à la cérémonie d’hommage national du 27 novembre. Aux Invalides, le leader du Parti du Gauche a écouté François Hollande expliquer que "cette génération est devenue le visage de la France". S’il ne dit rien quant au discours du chef de l’Etat, il goûte déjà très peu le placement qui lui a été attribué. Sur Twitter, dans l’après-midi du 27 novembre, il s’est plaint d’avoir été placé à côté de Marine Le Pen et d’autres cadres du Front national, jugeant "misérable cette "attention particulière de la "présidence".

[A LIRE ICI]

#4 – "Et ton zizi ? Il est atone ?"

On sait qu'entre Manuel Valls et Emmanuel Macron, les relations ne sont pas très très bonnes. Le 10 novembre, sur Europe 1, le ministre de l'Économie s'est inquiété de l'état de la croissance en France, craignant que celle-ci ne soit "atone" en 2016. Visiblement très préoccupé par la libido de son ministre, Manuel Valls s'est empressé de l'interroger, quelques heures plus tard, durant la séance de questions au gouvernement, selon des propos rapportés par Le Canard Enchaîné :

Et ton zizi ? Il est atone ?

[A LIRE ICI]

#5 – Convoqués

L’Assemblée nationale a voté à une très très large unanimité la prolongation et le renforcement de l’Etat d’urgence. Mais tous les socialistes n’ont pas suivi le gouvernement dans ce désir. Trois députés PS ont ainsi voté contre la prolongation de ce régime d’exception (sur six élus qui ont voté contre), craignant un net recul des libertés individuelles. Selon Le Point, ces trois parlementaires, Pouria Amirshahi, Barbara Romagnan et Gérard Sébaoun, vont être convoqués au siège du PS et priés de s’expliquer.

[A LIRE ICI]

Du rab sur le Lab

PlusPlus