Message de Xavier Bertrand à Sarkozy et autres ténors de LR : "Qu'on nous foute la paix !"

Publié à 10h56, le 09 décembre 2015 , Modifié à 11h04, le 09 décembre 2015

Message de Xavier Bertrand à Sarkozy et autres ténors de LR : "Qu'on nous foute la paix !"
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Image Etienne Baldit


QUEL HOMME - Xavier Bertrand est un peu le lonesome cowboy de la droite, traçant sa route dans le soleil couchant du Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Les avis des "états-majors parisiens", il "s'en fout royalement". Y compris celui de son parti, Les Républicains. Un parti dont il a pourtant été secrétaire général du temps où il s'appelait encore l'UMP, lui qui a aussi été ministre de Nicolas Sarkozy. Autant dire que "les états-majors", ça le connaît.

Mais depuis quelques mois, l'ancien agent d'assurance, candidat aux régionales dans le Nord face à Marine Le Pen, en a plein le dos (et on reste polis). Il développe aujourd'hui un tout autre discours, qu'il répète mercredi 9 décembre sur Europe 1 : "Quand vous êtes élu de Saint-Quentin [il en est maire, ndlr], vous voyez pas les choses de loin, vous voyez pas les choses depuis les salons parisiens". Ces fameux "salons parisiens" qu'il ne veut sous aucun prétexte voir débarquer dans SA campagne d'entre-deux-tours contre le FN.

Lorsqu'on l'interroge sur son refus de voir les ténors de LR venir le soutenir en meeting pour le second tour, le candidat "anti-système" lance un presque jubilatoire :



Oh que oui, oh que oui !

Pourquoi donc ? "Tout simplement parce que c'est une campagne pour les gens de la région avec les gens de la région", justifie Xavier Bertrand. Qui se lance dans une nouvelle - mais inédite par sa virulence - diatribe contre la direction de son parti :



Et puis honnêtement, dans les états-major parisiens, mon Dieu ! Qu'ils se mettent au travail, qu'ils parlent un peu moins et qu'ils nous laissent, nous qui avons eu le courage de nous engager, qu'ils nous laissent tranquilles ! Je le dis en mon nom, mais je le dis aussi au nom de nombreux candidats aux régionales : nous on s'engage, sur le terrain, à portée d'engueulade. Mais seulement, qu'on nous foute la paix ! Qu'on nous foute la paix et qu'on nous laisse faire.

Au passage, il se fait donc le porte-voix de ces "nombreux candidats" qui n'osent pas, comme lui, renvoyer les patrons chez mémé. Et précise avec grande satisfaction qu'il s'adresse là "à tous les responsables qui ont voulu venir et à qui on a dit non". Et c'est pas fini. 

Relancé sur les propos de Nicolas Sarkozy en meeting mardi soir ("le vote Front national n'est pas immoral"), qui pourraient lui causer du tort dans son combat contre la présidente du FN, Xavier Bertrand enchaîne :

Mais mon Dieu, je sais même pas ce qu'il cherche. Et regardez : je passe mon temps à commenter les déclarations des uns et des autres. Mais qu'ils se taisent ! Ils ont que quelques jours encore à patienter, alors je leur dis une chose : si on ne peut pas vous enfermer, taisez-vous. Et en attendant, ils vont recommencer dès lundi leur fameux cinéma. Dimanche soir ou lundi, ils vont dire qu'ils ont compris les gens, mais ils auront rien compris ! Ils sont à des kilomètres et des kilomètres. Et ils vont dire que tout va changer. Ça fait treize ans depuis 2002 qu'on dit aux gens, notamment qui votent Front national, à ceux qui sont dans le désespoir : 'On vous a compris'. Et rien ne change. Mais qu'ils se taisent, bon sang !

Tout de même, voilà qui est un brin violent envers sa famille politique. "Je suis certainement moi-même, tout simplement", assume celui dont on sait qu'il n'est pas Superman. Non, il n'est pas un héros (♪ faut pas croire ce que disent... ♫ pardon). Tout juste fait-il partie de ces "gens qui vivent sur le terrain", contrairement aux "leaders" et aux "apparatchiks". Ceux-là "sont très bien à Paris, ben qu'ils restent à Paris !"

Et de conclure, seul contre tous :

Mon ancrage il est gaulliste, les gaullistes en ont vu d'autres. Et je dis ce que je pense ! Ça plaît ou ça plaît pas, c'est pas grave. 



À LIRE SUR LE LAB :

Xavier Bertrand fait du Xavier Bertrand : "Les consignes d'état-major, je m'en fous royalement"

Xavier Bertrand l'avoue : "Je ne suis pas Superman"

Du rab sur le Lab

PlusPlus