Nicolas Bay s'en prend à Manuel Valls après les menaces de Daech contre le FN

Publié à 11h17, le 07 février 2016 , Modifié à 20h59, le 07 février 2016

Nicolas Bay s'en prend à Manuel Valls après les menaces de Daech contre le FN
Nicolas Bay © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Image Sylvain Chazot


Au milieu de sa propagande boueuse, Daech menace. Samedi 6 février, dans le dernier numéro de son "magazine", l'organisation terroriste évoque les attentats de Paris et Saint-Denis, le 13 novembre 2015. Et assure que la France sera à nouveau frappée prochainement.

Entre deux menaces, Daech publie une photo dudéfilé du 1er mai du Front national. Avec cette légende :

Rassemblement d'idolâtres du FN. Des cibles de premier choix.

Les militants frontistes sont donc clairement visés par Daech. 

Dimanche 7 févier, le secrétaire général du FN Nicolas Bay a réagi à cette menace. Non pas pour dénoncer les propos de Daech mais pour s'en prendre à Manuel Valls.

Sur Twitter, il écrit :

Manifestations du FN dans la ligne de mire de l'Etat islamique... Satisfait Manuel Valls ?

Nicolas Bay fait sûrement référence à l'engagement du Premier ministre contre le FN. Sur France Inter en décembre, le chef du gouvernement avait qualifié le parti de "raciste et antisémite". Il avait également estimé que le mouvement créé par Jean-Marie Le Pen pouvait conduire la France à "la guerre civile". Mais c'et un exemple parmi d'autres.

Durant la campagne des régionales, plusieurs politiques de gauche ont dressé un parallèle entre l'organisation terroriste et le parti présidé par Marine Le Pen. "Voter FN, c’est voter Daech !  Daech fait le boulot du FN. S’il réussit à communautariser les gens, le but est atteint. Marion Maréchal-Le Pen l’a dit elle-même, la campagne du Front national est dynamisée par les attentats", avait par exemple déclaré le 1er décembre le sénateur PS de Côte d'Or François Patriat.

De son côté, le député PS Erwann Binet s'était faussement interrogé sur l'absence de communiqué de Daech se félicitant des scores du FN au premier tour des régionales.

Comme l'écrit samedi le spécialiste des mouvements jihadistes Romain Caillet, "le slogan irresponsable 'Voter FN, c'est voter Daesh' a peut-être agacé les jihadistes et provoqué ces menaces dans le magazine de l'État islamique". 





Du rab sur le Lab

PlusPlus