Opposé à la loi Taubira sur la mariage homosexuel, le député PS Jérôme Lambert va rencontrer les Veilleurs

Publié à 18h22, le 11 août 2013 , Modifié à 06h11, le 12 août 2013

Opposé à la loi Taubira sur la mariage homosexuel, le député PS Jérôme Lambert va rencontrer les Veilleurs
Laurent Fabius et Jérôme Lambert en 2005. (Maxppp)
Image Sébastien Tronche

Par

Les Veilleurs, opposants au mariage homosexuel, ont entamé, samedi 10 août, une marche qui doit les conduire de Charente-Maritime à Paris. Une action, disent-ils, pour "aller à la rencontre des Français" et dépasser le sujet du mariage homosexuel.

Et, ce dimanche 11 août, via le compte Twitter de la Manif pour tous, le collectif des opposants à la loi Taubira qui ont organisé la plupart des manifestations contre cette réforme, ils annoncent le soutien du député socialiste, Jérôme Lambert, l’un des quatre députés PS à avoir voté contre le texte.





Contacté par le Lab, le député, neveu de François Mitterrand, confirme avoir accepté de rencontrer ces "Veilleurs". Sans toutefois prendre part à "La Marche" avec eux.

Ils sont dans ma région et m’ont invité à venir discuter avec eux. Ce que j’ai accepté car je suis d’accord pour dialoguer avec eux.

L’élu socialiste les rejoindra donc à Châtelaillon, près de Rochefort, point de départ de la Marche.

Et Jérôme Lambert, qui assure n’avoir subi aucune pression de son camp à cause de son opposition à la loi Taubira, de justifier cette présence :

Je n’avais pas voté la loi et j'avais appelé les gens à manifester, tant que cela servait à quelque chose.

Pas opposé à la reconnaissance des couples homosexuels ni au fait qu’ils "puissent s’occuper d’un enfant", Jérôme Lambert explique au Lab s’être opposé au texte à cause du volet "sur la double filiation" et n'avoir trahi personne. "Dès la campagne législative, dans la profession de foi, j'avais prévenu de ma position", explique-t-il.

Et de conclure :

J’entends rester un député libre de ses choix.

Iconoclaste, le député de la Charente, qui avait donc apporté son soutien à la Manif pour tous, a également fait valoir sa liberté de parole sur la réforme des retraites à venir, craignant d’être "mis devant le fait accompli" par le gouvernement.

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus