Où l'on apprend qu'André Chassaigne s'auto-surnomme parfois "Dédé le rouge"

Publié à 15h15, le 12 juillet 2016 , Modifié à 15h17, le 12 juillet 2016

Où l'on apprend qu'André Chassaigne s'auto-surnomme parfois "Dédé le rouge"
André Chassaigne, aka "Dédé le rouge" pour les intimes (et aussi lui-même) © BERTRAND GUAY / AFP
Image Etienne Baldit


RED IS NOT DEAD - André Chassaigne est une des figures de l'Assemblée nationale. Virulent patron du groupe GDR (Front de Gauche) et membre du PCF, il défend avec passion ses positions politiques. Il est aussi capable de coups d'éclats divers et variés, comme le fait de défendre un amendement en 25 secondes top chrono ou de donner une cinglante leçon de respect aux membres du gouvernement trop dissipés en séance.

Ce qui lui vaut une réputation aussi solide que sa carrure et, régulièrement, des encouragements de ce type de la part de ses collègues lorsqu'il se dirige vers la tribune :



Allez André !

"André", donc, voire "Dédé" pour les plus intimes. "Dédé le rouge", même. Un surnom qui lui est parfois donné par des tiers, mais dont on ignorait que l'intéressé s'en auto-affublait à l'occasion. Nous n'en avons eu la confirmation par hasard que ce mardi 12 juillet, au détour d'une interview d'Axelle Lemaire à Mediapart.

La secrétaire d'État chargée du Numérique y revient longuement sur sa loi pour une République numérique, récemment votée à l'unanimité par la commission mixte paritaire, ce qui lui promet une adoption solennelle à l'Assemblée le 20 juillet. L'ancienne députée des Français de l'étranger y vante notamment sa méthode de dialogue transpartisan avec tous les groupes politiques du Parlement, un travail de longue haleine réalisé bien en amont du débat en séance. Un tour de force, alors que ces derniers temps, la discussion parlementaire se conclut plutôt par un bon vieux 49.3 peu propice à l'échange apaisé.

Mais passons. "L’intérêt d’avoir du temps pour préparer son texte de loi, c’est de pouvoir rencontrer en amont les parlementaires et de comprendre leurs attentes, se félicite donc Axelle Lemaire. J’en avais parlé avec tous les groupes politiques. J’ai par exemple pu aller voir André Chassaigne qui, en pensant aux personnes âgées dans les zones rurales, préparait sa proposition de loi sur la qualité du réseau de téléphonie fixe. Et nous avons travaillé ensemble. Cela a été un travail de fourmi, un travail d’écoute, d’échanges."

Et puisqu'elle parle d'André Chassaigne, elle ajoute :



Le même André Chassaigne, à la naissance de mon enfant, a eu des mots qui m’ont beaucoup touchée. Et il a signé son SMS 'Dédé le rouge'. C’est cette gauche-là à laquelle j’appartiens.

Et voilà comment on découvre ce petit secret de la vie privée d'André Chassaigne. Vous pouvez maintenant reprendre une activité normale.

Du rab sur le Lab

PlusPlus