Pécresse sur Wauquiez : "moi je n’ai aucun leader du FN qui dit qu’il aimerait travailler avec moi"

Publié à 10h49, le 04 septembre 2017 , Modifié à 10h49, le 04 septembre 2017

Pécresse sur Wauquiez : "moi je n’ai aucun leader du FN qui dit qu’il aimerait travailler avec moi"
Valérie Pécresse. © AFP
Image Sébastien Tronche


Une partie de LR, représentant l’aile plus centriste, gaulliste et sociale, craint que l’élection du droitier Laurent Wauquiez à la présidence du parti ne le fasse éclater. En cause : sa supposée proximité idéologique avec le Front national même si le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes tente de donner des gages de rassemblement et de non rapprochement avec le parti de Marine Le Pen.

"J’entends que beaucoup de gages sont donnés sur cette absence de porosité", reconnaît ce lundi 4 septembre Valérie Pécresse sur France Inter, qui n’exclut pas de quitter LR en cas d’élection de Laurent Wauquiez. Mais la présidente de la région Ile-de-France, qui n’est donc pas la première fan de Laurent Wauquiez, loin de là, a quand même quelques doutes. Et notamment à cause des signaux envoyés par certains cadres FN envers cet ancien ministre de Nicolas Sarkozy. Ainsi lâche-t-elle :

Néanmoins, moi je constate une chose : moi je n’ai aucun leader du Front national qui dit qu’il aimerait travailler avec moi. Et par ailleurs, Nicolas Dupont-Aignan, qui s’est allié au FN, a tout fait pour me faire battre.

Valérie Pécresse fait ici référence à Florian Philippot, vice-président du parti frontiste, qui a, au cœur de l’été, ajouté Laurent Wauquiez à la liste des gens avec lesquels il veut discuter. "Je vais continuer à œuvrer au rassemblement des patriotes. Je suis d’ailleurs très heureux de la proposition lancée il y a quelques semaines par Nicolas Dupont-Aignan de discuter avec Thierry Mariani, Laurent Wauquiez et moi-même", avait-il déclaré alors que Laurent Wauquiez avait répondu à Nicolas Dupont-Aignan que son "choix de second tour est sans retour". L'ex-élue FN Marion Maréchal-Le Pen avait elle aussi dit qu'il y avait "des choses à faire" avec Laurent Wauquiez. Des déclarations embarrassantes en forme de baisers de la mort.

Valérie Pécresse pense peut-être aussi au président du groupe FN en Auvergne-Rhône-Alpes qui, en décembre 2016, avait proposé une carte d'adhérent à Laurent Wauquiez et lui avait offert une rose bleue.

Et puis il y a aussi Robert Ménard, maire de Béziers élu avec le soutien du FN et partisan d’une union des droites, qui s’est dit, le 31 août, "plus proche" de Laurent Wauquiez que de Florian Philippot.

Mais il n’y a pas que cela qui fait tiquer Valérie Pécresse. Il y a notamment une déclaration de Laurent Wauquiez en mars 2016 expliquant que le décrié président américain est une source d’inspiration pour lui. "Par ailleurs, j’ai entendu Laurent Wauquiez dire que Trump est inspirant. Moi, Donald Trump ne m’inspire pas", ajoute celle qui a lancé son mouvement, Libres !.

Du rab sur le Lab

PlusPlus