Pour Gilbert Collard, Marine Le Pen ne doit pas être candidate aux législatives

Publié à 12h44, le 09 mai 2017 , Modifié à 12h52, le 09 mai 2017

Pour Gilbert Collard, Marine Le Pen ne doit pas être candidate aux législatives
Gilbert Collard © AFP / Bertrand Guay
Image Etienne Baldit


BRÈVE DE CAMPAGNE - C'est un avis qui n'engage que celui qui le donne, en l'occurrence un très proche de Marine Le Pen. Gilbert Collard, secrétaire général du Rassemblement bleu marine et député du Gard, considère que Marine Le Pen ne doit pas être candidate aux élections législatives du mois de juin, trop précieuse qu'elle est à la tête du Front national (qui va bientôt changer de nom).

Sur CNEWS lundi 8 mai au soir, celui qui fait des balades en mer avec Marine Le Pen le dit sans détour, au sujet d'une éventuelle candidature de la patronne à Hénin-Beaumont comme en 2012 : "Moi je pense que non. JE pense que non." Il prend donc bien soin de ne parler qu'en son nom et rien d'autre. Et Gilbert Collard d'expliciter :

On a besoin d'elle, c'est-à-dire qu'elle doit être, je pense, au service du parti.

"Il faut que nous puissions gagner ces élections législatives de manière [à ce] qu'il y ait un rempart, qu'il y ait un contre-pouvoir, qu'il y ait une opposition efficace", dit encore l'avocat de profession. Mais si Marine Le Pen a d'ores et déjà annoncé qu'elle allait mener la bataille des législatives à la tête des troupes frontistes, cet engagement doit s'arrêter là selon Gilbert Collard - qui estime par ailleurs que sa championne peut gagner la présidentielle 2022.

On notera simplement que si Marine Le Pen doit rester "au service du parti", il faudra commencer par en reprendre la présidence, laissée le temps de la fin de campagne présidentielle à Jean-François Jalkh puis à Steeve Briois après la polémique sur les propos négationnistes du premier.

En 2012, la présidente du FN avait candidaté aux législatives dans la 11è circonscription du Pas-de-Calais, à Hénin-Beaumont, face notamment à Jean-Luc Mélenchon. Arrivée en tête au premier tour avec 42,36% des voix, elle s'était toutefois inclinée d'une très courte tête face au socialiste Philippe Kemel au second tour, avec 49,89%. Depuis, la municipalité a a été remportée par le frontiste Steeve Briois. Et la ville et sa région restent des terres d'élection privilégiées pour le Front national : Marine Le Pen y a encore totalisé 61,56% des suffrages au second tour de la présidentielle, dimanche 7 mai.

Du rab sur le Lab

PlusPlus