Présidence de LR : Selon Maël de Calan, Florence Portelli dit en privé qu'elle va perdre l'élection

Publié à 07h43, le 04 décembre 2017 , Modifié à 07h44, le 04 décembre 2017

Présidence de LR : Selon Maël de Calan, Florence Portelli dit en privé qu'elle va perdre l'élection
Maël de Calan © FRED TANNEAU / AFP
Image Sylvain Chazot


Une chose, au moins, différencie Maël de Calan de ses deux autres adversaires pour la présidence de Les Républicains, Florence Portelli et Laurent Wauquiez : contrairement à ces deux-là, le premier ne clame pas haut et fort qu'il va remporter cette élection. Une position assez rare de la part d'un candidat qui rappelle celle de Nathalie Kosciusko-Morizet durant la primaire de la droite, en 2016.

Dans  Le Parisien ce lundi 4 décembre, le juppéiste le confesse : le prochain président de LR, ça ne sera pas lui. "Je me bats avant tout pour des idées, et faire en sorte qu'elles pèsent sur la ligne du parti même si je ne suis pas élu", dit-il avant de s'en prendre directement à Florence Portelli :

Je ne comprends pas ces candidats qui disent partout qu'ils vont gagner, alors même qu'ils savent qu'ils ne sont pas les plus connus, ni les plus soutenus et clairement pas les favoris. Le renouvellement des pratiques politiques passe avant tout par un discours plus sincère. […] Florence Portelli dit en public qu'elle va gagner, mais en privé qu'elle va perdre. Comment peut-elle être prise au sérieux sur le reste quand, sur des questions de bon sens elle, est déjà prise en défaut ?

Voilà qui tranche avec les deux autres. Dimanche, dans le JDD, Florence Portelli annonçait la couleur : "Je vais gagner. Ce n'est pas un vœu pieux, ni une incantation, ni une posture. C'est une certitude", jurait-elle.

Une "certitude" qu'elle partage avec celui que l'on affuble du statut de favori : le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez. Ce dernier n'a jamais affiché le moindre doute quant à sa victoire finale. En août dernier, un indiscret du Parisien rapportait ses propos : "De toute manière, je vais gagner. Il n’y a pas de suspense." Une confiance réitérée le 12 novembre, dans un portrait du Parisien, où l'on apprenait que Laurent Wauquiez s'amuse à imiter la voix de Pablo Escobar dans la série à succès Narcos devant ses proches : "Tu sais pourquoi on va gagner ? Parce qu'on a las bolas grosses comme ça !"

Classe. Et visiblement, Maël de Calan n'a pas d'abonnement Netflix. Dès le 6 novembre, il s'était montré plutôt conscient de l'impossibilité de battre Laurent Wauquiez et se refusait à scander des "on va gagner" à tout-va. Sur la chaîne Youtube Indécis, il préférait une autre stratégie d'annonce : "Aujourd'hui, je pense que nos idées ne sont pas majoritaires au sein des Républicains. Je me présente pour faire le score le plus élevé possible, pour être majoritaire lors d'un prochain congrès".

Du rab sur le Lab

PlusPlus