Quand Marion Maréchal-Le Pen, députée FN, et Madeleine de Jessey, cadre de LR, imaginent une alliance des droites

Publié à 13h39, le 31 mai 2016 , Modifié à 14h53, le 31 mai 2016

Quand Marion Maréchal-Le Pen, députée FN, et Madeleine de Jessey, cadre de LR, imaginent une alliance des droites
Madeleine de Jessey et Marion Maréchal-Le Pen © Montage via AFP
Image Sylvain Chazot


Unir des mouvements à droite et à l'extrême droite n'est pas chose aisée. Certains s'en sont rendus compte, fin mai, à Béziers, lorsque Robert Ménard, exposant son refus d'être un "marchepied" pour le FN, a irrité Marion Maréchal-Le Pen. Cela n'est pas pourtant une raison, pour la députée FN du Vaucluse, de ne pas essayer de distiller cette idée que l'union d'une frange de la droite avec l'extrême droite est possible.

Interrogée dans le magazine Famille Chrétienne du 4 juin avec Madeleine de Jessey, secrétaire nationale LR à l'Éducation et porte-parole de Sens Commun, mouvement issu de la  Manif pour tous, l'élue FN reconnaît que, pour l'instant, une telle union est compliquée "faute de proportionnelle". Mais quand même : pour elle, la possibilité de voir ce rapprochement s'opérer est forte à terme, surtout si Alain Juppé est 1) le candidat des Les Républicains à l'élection présidentielle et 2) le vainqueur de cette prochaine course à l'Élysée. Marion Maréchal-Le Pen explique :



J'ai un rêve. Plus exactement, il s'agit d'un rêve qui ferait suite à plusieurs cauchemars… Imaginons Alain Juppé désigné candidat à la primaire à droite. Second cauchemar, Alain Juppé victorieux à l'élection. Mon rêve serait de voir se lever tous ceux qui, au sein des Républicains, n'en peuvent plus de cette ligne fédéraliste et laxiste.

Madeleine de Jessey est plutôt d'accord avec Marion Maréchal-Le Pen. Elle dit :

Il existe un espace politique – conservateur et souverainiste – qui n'est pas investi. Je verrai d'un très bon œil que cet espace se structure. Son objectif serait de rassembler le peuple français autour de l'identité culturelle de la France. […] Les esprits sont mûrs pour faire quelque chose de neuf à droite.

Madeleine de Jessey explique tout de même que le mouvement dont elle est la porte-parole, Sens Commun, "ne se reconnaît pas vraiment dans le discours d'un Florian Philippot ou d'une Marine Le Pen", notamment concernant "leur étatisme en matière d'économie ou l'éducation". Marion Maréchal-Le Pen se charge de rassurer Madeleine de Jessey. "Ce bloc n'a pas vocation à se fondre dans le FN", assure-t-elle, expliquant que le parti dirigé par Marine Le Pen n'aurait pas trop son mot à dire. Elle ajoute :



Ce nouveau parti issu des Républicains garderait ses spécificités, car nous avons des histoires différentes. Mais nous avons un socle commun. Ce qui permettrait de mettre en œuvre des alliances locales pour battre cette droite qui a tout trahi.

Reste à savoir qui pourra incarner cette union. Invitée du Talk Le Figaro ce mardi 31 mai, Marion Maréchal-Le Pen a en tout cas estimé que, malgré la brouille affichée à Béziers, Robert Ménard a selon elle, "une capacité à parler aux orphelins de Les Républicains". 







À LIRE AUSSI SUR LE LAB 

De LR aux identitaires, Marion Maréchal-Le Pen assure vouloir faire "l’union des droites"

Du rab sur le Lab

PlusPlus