Quand Marion Maréchal-Le Pen "passe une tête" chez les identitaires de Paris fierté

Publié à 07h36, le 17 janvier 2017 , Modifié à 13h12, le 17 janvier 2017

Quand Marion Maréchal-Le Pen "passe une tête" chez les identitaires de Paris fierté
Marion Maréchal-Le Pen. © AFP

Dans l’entreprise de dédiabolisation du Front national, le parti a rompu (ou tout du moins distendu) ses liens avec les identitaires. Mais ce qui vaut pour Marine Le Pen ne vaut pas forcément pour Marion Maréchal-Le Pen, plus proche que sa tante candidate à la présidentielle de cette frange de l’extrême droite. La députée FN du Vaucluse a ainsi récupéré l’ancienne figure du Bloc identitaire, Philippe Vardon, qui a même fini par adhérer au parti frontiste.

Une relation assumée par la nièce de Marine Le Pen. Comme le révèle le blog du Monde, Droite(s) extrêmes(s), le 16 janvier, Marion Maréchal-Le Pen a passé une tête le 14 janvier à Paris au rassemblement de Paris fierté, "excroissance des Identitaires et de son appendice jeunes Génération identitaire", écrivent les journalistes du quotidien du soir.

Le 14 janvier donc, cette association organisait sa "journée de la fierté parisienne". L’occasion de se compter mais aussi de recevoir l’élue FN en toute discrétion, sans qu’aucune photo de sa présente ne fuite. L’entourage de la députée, qui n’est pas restée pour le discours de clôture de l’événement, ne nie pas sa présence et explique :

"

Elle a passé une tête car il y avait quelques amis à elle. Elle a bu un verre et elle s’est cassée. Elle ne portait pas un t-shirt jaune avec le signe lambda et n’a pas hurlé ‘this is Sparta !'

"

Toujours selon Le Monde, Damien Rieu, ex-chef de file de Génération identitaire "et salarié par Mme Maréchal-Le Pen au conseil régional de PACA, était lui aussi de la partie".

En septembre 2015, Marion Maréchal-Le Pen, qui assume cette proximité avec cette partie de l’extrême droite et alors candidate aux régionales en PACA, avait assuré vouloir faire "l’union des droites". De LR aux identitaires.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Ces élus FN qui défendent les identitaires condamnés après avoir manifesté à Calais 

Du rab sur le Lab

PlusPlus