Que des "purs et des tatoués" : les secrets du club des hollandais enfin révélés

Publié à 11h16, le 20 mars 2017 , Modifié à 11h23, le 20 mars 2017

Que des "purs et des tatoués" : les secrets du club des hollandais enfin révélés
Stéphane Le Foll. © AFP
Image Le Lab

Loïc Le Clerc pour

BURN OUT - Difficile d’y avoir son ticket d’entrée, tant le club des hollandais est "select". Ils ne sont plus qu’une poignée d’irréductibles, Stéphane Le Foll en tête.

Dans cette incursion du journal Le Monde, on apprend que le cercle des hollandais est réservé aux "purs, aux tatoués", des mots du député Gilles Savary (que l’on imagine avec son petit tatouage "I <3 François").

Et les lâcheurs y sont des pestiférés. Exemple avec Didier Guillaume, qui avait pris la direction de la campagne de Manuel Valls. Il n’y est plus invité, apprend-on. Comme quoi il ne suffit pas d’être le leader des sénateurs socialistes pour avoir sa carte au Hollande’s Club.

En revanche, pour y rentrer, les critères sont... médicaux. Le député Sébastien Denaja a récemment eu sa carte au club en réalisant un triple-combo : à l’annonce de la renonciation de François Hollande, il est "couvert d’eczéma", "aphone le 1er décembre", qui "pleure en annonçant aux militants de son département que François Hollande a finalement décidé de renoncer".

Alors, tous les lundis soirs, les écorchés du hollandisme se réunissent. Même s’ils sont désormais mis en minorité, de par leurs hésitations entre Hamon et En Marche !, ils se retrouvent chassés de leur propre terre par l’aile droite du PS et par Macron.

Alors, forcément, les séquelles sont lourdes. On quitte Stéphane Le Foll, dans le jardin du ministère de l’Agriculture. Il regarde ses rosiers qui vont "bientôt fleurir", se disant qu’il ne sera "plus là pour les voir". Ça sent vraiment la fin.

Du rab sur le Lab

PlusPlus