Si elle est battue au second tour des législatives, NKM va "devoir trouver un autre emploi pour vivre"

Publié à 17h04, le 13 juin 2017 , Modifié à 17h27, le 13 juin 2017

Si elle est battue au second tour des législatives, NKM va "devoir trouver un autre emploi pour vivre"
Nathalie Kosciusko-Morizet en train de chercher la direction de Pôle emploi. © PATRICK KOVARIK / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier


"Dans dix jours, ma voix peut s’éteindre", confiait Nathalie Kosciusko-Morizet au Parisien à quelques jours du premier tour des législatives. Arrivée très loin derrière le candidat LREM Gilles Le Gendre (18,13% contre 41,81%) dimanche dernier, NKM se prépare à perdre son mandat de députée. Lucide, elle confie au Monde ce mardi 13 juin qu’elle va "devoir trouver un autre emploi pour vivre".

"Je suis toujours dans la logique de la main tendue au chef de l’Etat", explique-t-elle au Monde après avoir proposé lundi 12 juin de faire un "programme commun" avec LREM. Malgré ses appels du pied à un électorat qui semble vouloir donner une large majorité à Emmanuel Macron, NKM a très peu de chances de s’imposer dimanche prochain. Elle envisage donc déjà la suite :

En n’ayant que mon seul mandat parisien, je vais devoir trouver un autre emploi pour vivre.

Un peu plus tôt sur LCI, ce mardi, NKM avait expliqué ne pas savoir ce qu'elle allait faire si elle ne gagnait pas dimanche 18 juin. "Je n'ai pas de plan B, c'est pas par hasard. Je n'ai jamais construit ma vie à titre personnel - c'est une question de nature presque - en imaginant des plans B et des sécurités [...] Je mets toute mon énergie sur les plans A", a-t-elle lancé. 

Et son avenir politique est assez bouché. Le 31 mai dernier, en pleine campagne des législatives, NKM affirmait qu’elle pensait déjà aux élections municipales de 2020 à Paris. Mais si elle perd au second tour des législatives, elle aura beaucoup mal à se présenter à la présidence du groupe LR au Conseil de Paris, un tremplin pour la suite. 

Dans sa quête de la mairie parisienne, Nathalie Kosciusko-Morizet connaît déjà son adversaire à droite : Pierre-Yves Bournazel. En ballotage favorable pour emporter dimanche prochain dans la 18e circonscription de Paris face à la socialiste Myriam El Khomri, le candidat de la droite adresse un petit message à NKM, mardi 13 juin dans les colonnes du Monde :

Si je suis le seul député de droite dans la capitale, les élus de mon groupe à la Mairie ne pourront pas faire sans moi [aux municipales de 2020]. 

Pour essayer de retrouver un job, NKM pourra mettre en avant ses rares expériences dans le privé comme chargée de mission auprès du directeur de la stratégie d'Alstom ou son appartenance à la Fondation Concorde


 
 




A LIRE AUSSI SUR LE LAB

> NKM propose de faire un "programme commun" avec LREM

NKM inquiète avant les législatives : "Dans dix jours, ma voix peut s’éteindre"

Du rab sur le Lab

PlusPlus