VIDÉO – Florian Philippot sur le faux SMS d’En Marche qu’il a relayé : "ce n’est pas très grave"

Publié à 07h00, le 23 mai 2017 , Modifié à 10h14, le 23 mai 2017

VIDÉO – Florian Philippot sur le faux SMS d’En Marche qu’il a relayé : "ce n’est pas très grave"
Florian Philippot. © Capture d'écran France 5
Image Sébastien Tronche


OSEF - Florian Philippot a beau assurer le plus sérieusement du monde qu’il n’a "pas relayé de fake news" pendant la campagne présidentielle, force est de constater l’inverse, que cette affirmation est elle-même une fake news. Le faux SMS d’En Marche appelant à "tuer l’image" de Marine Le Pen qu’il a relayé, comme plusieurs cadres du FN, est toujours bel et bien présent sur le fil Twitter du vice-président du Front national. Le voici, toujours en ligne depuis le 5 mai alors qu’il est avéré qu’il s’agit d’un faux grossier :



Interrogé sur cette fausse information, cette fake news relayée sur les réseaux sociaux, lundi 22 mai dans C à Vous sur France 5, le numéro 2 du FN, en position délicate au sein de son parti à cause du débat sur la sortie de l’euro, a plus que minimisé sa démarche. En somme, pour Florian Philippot, diffuser des fake news, "ce n’est pas très grave", assure-t-il, semble-t-il passablement irrité :

Puisque la manif, je l’ai vécue, ils étaient bien là les militants En Marche et ils étaient sacrément agressifs, je peux vous le dire. Non, ce n’est pas très grave. La manif était là. Ce qui devrait scandaliser les gens, c’est de voir des gamins ou des gens plus âgés agressifs s’attaquer à une candidate à l’élection présidentielle.

Une réponse à voir en vidéo isolée par France 5 :



Invité une nouvelle fois à réagir à cett diffusion d'un faux ce mardi sur France Inter, Florian Philippot a expliqué que ce SMS aurait très bien pu être vrai :



Manifestement ce n’était pas le bon SMS. Mais il y a eu des SMS qui ont mené au même résultat. (…) Je n’ai pas créé un faux. J’ai repris de bonne foi un texto qui n’était pas aberrant, qui aurait pu être réel. 

A quelques heures de la fin de la campagne officielle pour le second tour de l’élection présidentielle, le 5 mai, plusieurs cadres du FN et de la campagne de Marine Le Pen comme Florian Philippot ou David Rachline, son directeur de campagne, avaient relayé ce faux SMS appelant à "tuer l’image" de la candidate d’extrême droite. Ce SMS soi-disant envoyé en début de matinée par Reims En Marche appelait les supporters d'Emmanuel Macron à venir perturber la venue de Marine Le Pen à la cathédrale locale le jour même. Et effectivement, la candidate du FN et Nicolas Dupont-Aignan avaient été malmenés par des militants lors de cette visite.

Mais il n'empêche que le SMS diffusé par les frontistes était faux.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> VIDÉO - Florian Philippot assure très sérieusement qu'il n'a "pas relayé de fake news" pendant la campagne présidentielle  

> L’ironie de Gilbert Collard : "Qui on enverrait dans les émissions de télé si on a plus Florian Philippot ?"  

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

> Le Pen admet un possible départ de Philippot si le FN renonce à la sortie de l'euro 

Du rab sur le Lab

PlusPlus