VIDÉO - Florian Philippot assure très sérieusement qu'il n'a "pas relayé de fake news" pendant la campagne présidentielle

Publié à 08h15, le 08 mai 2017 , Modifié à 08h41, le 08 mai 2017

VIDÉO - Florian Philippot assure très sérieusement qu'il n'a "pas relayé de fake news" pendant la campagne présidentielle
Florian Philippot mentant sur le fait qu'il a menti. © Montage Le Lab via Europe 1

FAKE NEWS² - La dernière ligne droite de la campagne présidentielle de Marine Le Pen a été, pour certains cadres frontistes, l'occasion d'y aller à fond sur les méthodes douteuses. Avec une propension à diffuser tout et n'importe quoi, sans aucune vérification, sur les réseaux sociaux. Florian Philippot s'en est ainsi donné à cœur joie, tweetant par exemple une capture d'écran d'un faux SMS (grossier) d'En Marche ! appelant à "tuer l'image" de Marine Le Pen. Et pourtant, le même l'assure la main sur le cœur : il ne s'est pas fait l'écho de fausses informations.

Sur Europe 1 lundi 8 mai, au lendemain de la défaite de la candidate FN face à Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle, le vice-président du parti d'extrême droite dit ainsi :

- Europe 1 : Vous avez aussi relayé pas mal de fake news, au risque d'alimenter une campagne difficile sur la fin. Est-ce que vous estimez que vous avez une part de responsabilité dans ce qu'il s'est passé et dans son score un peu décevant malgré un record de voix ?



- Florian Philippot : Non non, j'ai pas relayé des fake news...



- Europe 1 : Si, sur Twitter. Si, si.



- Florian Philippot : Oui 'fin... Non non mais si vous faites allusion à la manifestation de Reims, le problème n'est pas d'avoir relayé un texto dont tout le monde pensait qu'il était vrai.



- Europe 1 : Un faux texto.



- Florian Philippot : Oui enfin tout le monde pensait qu'il était vrai au départ, le problème c'est cette manifestation extrêmement violente. 

Le bras droit de Marine Le Pen reconnaît donc, après s'en être défendu, qu'il a bel et bien relayé une intox. Mais il pensait que ce faux SMS était un vrai. Ce qui aurait peut-être mérité une petite vérification avant de le tweeter. Trois jours plus tard, il n'a d'ailleurs toujours pas supprimé le message en question (retweeté plus de 3.000 fois), malgré tous les signalements d'internautes et de journalistes et les articles de presse publiés à ce sujet :

Mais ce n'est pas tout. Vendredi soir à 23h40, 20 minutes avant la fin de la campagne officielle et le début de la période de réserve, Florian Philippot tweetait à propos de la fuite massive de documents issus d'un piratage informatique de l'équipe d'Emmanuel Macron. Une masse de données qui contient bien des éléments véridiques, mais aussi des faux, et dont il reste à prouver qu'elle recèle quoi que ce soit de gênant pour le nouveau Président élu. Là encore, le vice-président du FN ne voit pas où est le problème avec son message aux forts accents complotistes :

Ah bah ça j'en sais rien, ça le Macron leaks... Le Macron leaks, je pense que c'est quelque chose... Si monsieur Macron s'estime diffamé ou je ne sais quoi, il saisit la justice et c'est tout à fait son droit mais on ne peut pas balayer d'un coup tout cela.

Et ce n'est toujours pas tout. Il y a aussi eu la rumeur sur le compte bancaire caché du leader d'En Marche ! aux Bahamas, évoquée par Marine Le Pen en direct lors du débat d'entre-deux-tours puis relayée par la chefferie frontiste. "Oui mais voilà, pareil, il porte plainte, etc.", évacue Florian Philippot, qui se moque donc totalement de la véracité des *informations* qu'il utilise dans le cadre d'une campagne électorale. Et encore, on ne parle ici que des trois derniers jours avant le second tour... 



À LIRE SUR LE LAB :

L'intox récurrente de Florian Philippot sur Emmanuel Macron, la banque Rothschild et les Panama Papers

Du rab sur le Lab

PlusPlus