Xavier Bertrand confirme qu'Emmanuel Macron lui avait proposé le poste de Premier ministre

Publié à 08h12, le 01 juin 2017 , Modifié à 08h46, le 01 juin 2017

Xavier Bertrand confirme qu'Emmanuel Macron lui avait proposé le poste de Premier ministre
Xavier Bertrand © AFP

Il est l'un des cadres de Les Républicains dont le nom avait le plus circulé comme possible prise de guerre d'Emmanuel Macron à droite. Xavier Bertrand était même présenté comme potentiel Premier ministre et avait fait l'objet de nombreux appels du pied publics de la part d'éminents lieutenants macronistes. Finalement, le président de la région Hauts-de-France avait mis fin au suspense lui-même et refusé de franchir le pas dès le 11 mai, soit six jours avant l'annonce officielle du gouvernement, estimant avoir été instrumentalisé par le chef de l'État. Et il le *révèle* aujourd'hui : oui, un poste lui avait bel et bien été proposé au sein de la nouvelle équipe dirigeante. Et pas n'importe lequel.

Sur RTL jeudi 1er juin, Xavier Bertrand affirme d'abord :

Oui, la proposition m'a été faite, mais je me suis déjà exprimé là-dessus. Que voulez-vous ? Je suis un homme de la droite et du centre, je n'oublie pas mes idées et valeurs pour un poste.

D'accord, mais "un poste", ou "LE poste" ? Il semblerait que ce soit en effet celui de Premier ministre qui lui ait été proposé. Refusant d'abord de répondre précisément à cette question tout en évoquant un "secret de polichinelle", il répète ensuite :

Ce qui est vrai, c'est que je ne suis pas prêt à oublier mes idées et mes valeurs pour un poste, même si c'est à Matignon.

Ce que Xavier Bertrand a évidemment tenu à relayer sur Twitter :

Dans La Voix du Nord mardi, déjà, il ne démentait pas s'être vu proposer Matignon. Alors qu'on lui demandait si le projet gouvernemental d'augmentation de la CSG était la raison qui l'avait "poussé à refuser la proposition d’entrer à Matignon", il répondait :

Quand l’équipe d’Emmanuel Macron a pris contact avec moi dans ce but, j’ai indiqué que j’avais des différences avec lui et qu’elles n’allaient pas s’estomper.

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus