Pour le 3e tour des départementales, le FN refuse de voir sa "charte" comme une alliance éléctorale

Publié à 10h12, le 23 mars 2015 , Modifié à 10h32, le 23 mars 2015

Pour le 3e tour des départementales, le FN refuse de voir sa "charte" comme une alliance éléctorale
Marine Le Pen sur BFMTV le 23 mars 2015. © image BFMTV

Ne dites pas "accords" mais "politique avec un grand P". En vue du 3e tour des départementales - celui qui consiste, pour les nouveaux conseillers, à désigner le président du conseil départemental - le Front national dit vouloir proposer une "charte" aux élus de tous bords qui souhaitent obtenir leur soutien pour prendre la tête du département. Mais hors de question de parler "d'alliance" ou "d'accord", et encore moins de "magouilles" électorales. Le FN, ce n'est pas "l'UMPS" voyez-vous.

C'est ce qu'explique Marine Le Pen ce 23 mars sur BFMTV, au lendemain du premier tour qui a placé le FN en deuxième position derrière l'UMP-UDI. La présidente frontiste commence par fustiger les tractations qui vont marquer cet entre-deux-tours entre l'UMP et le PS :

Moi, je vais vous dire ce qu’il va se passer entre ces deux tours : on va être saturé des histoires de négociations entre l’UMP, le PS, les uns qui vont appeler à voter pour les autres

Mais lorsque le journaliste lui fait remarquer qu'elle-même compte proposer une "charte" au 3e tour pour s'allier avec certains élus, Marine Le Pen explique en quoi cela n'a *absolument* rien à voir :

Ah non, pardon ! Non mais pardon ! Excusez-moi, c’est de la politique avec un grand P ! Nous sommes là pour faire respecter la volonté de nos électeurs donc à partir du moment où nous avons la possibilité d’être arbitre, nous allons proposer cinq ou six points qui sont essentiels dans l’esprit de nos électeurs, car c’est pour ça qu’ils ont voté pour nous aux départementales. (...)



Nous le dirons à ceux qui viendront nous voir en nous disant : "vous êtes l’arbitre dans le cadre du département, nous voudrions que vous votiez pour nous pour diriger le département".

Dans cette charte, Marine Le Pen veut inscrire "le refus de toute augmentation des impôts", "la défense du petit commerce" ou encore la "lutte contre la fraude, notamment la fraude au RSA". Elle développe en particulier "la lutte contre le communautarisme et la défense de la laïcité" :

Ça veut dire le refus des subventions aux associations communautaristes, ça veut dire la surveillance de ce qui dépend du périmètre du département notamment les crèches, la surveillance pour que la laïcité soit respectée ! Le refus de toute revendication telles que nous les subissons au quotidien. Tout, les revendications alimentaires, vestimentaires, d’heures séparées … stop !



La République laïque c’est tolérance zéro vis-à-vis des revendications communautaristes !

Tous les conseillers généraux en accord avec ces idées pourront donc s'allier au FN. Enfin, pardon, "signer une charte".

Du rab sur le Lab

PlusPlus