À force de critiquer la loi Macron, Cécile "Woody Allen" Duflot énerve à gauche

Publié à 07h16, le 07 janvier 2015 , Modifié à 07h18, le 07 janvier 2015

À force de critiquer la loi Macron, Cécile "Woody Allen" Duflot énerve à gauche
Cécile Duflot © JOEL SAGET / AFP

À force de d'incendier le gouvernement en général,  la loi Macron en particulier, Cécile Duflot se prend un retour de flamme. Oui, son intervention dans le JDD, dimanche 4 janvier, où elle présentait le projet porté par le ministre de l'Économie comme "un grand bond en arrière" en matière d’environnement et comme "une véritable régression" en matière sociale, a un poil énervé l'exécutif. Qui donc aujourd'hui répond.

Il y a les réponses déguisées, prononcées en privé par Manuel Valls mais rapportées par un proche très zélé au Canard Enchaîné. "Duflot est en train d'organiser la rupture définitive avec le PS, a ainsi commenté le Premier ministre selon des propos rapportés par le palmipède. Duflot tente de constituer un axe avec les frondeurs contre la loi Macron. Il n'est pas certains que ceux-là la suivent."

Et puis il y a les remarques moins sanglantes de premier abord, prononcées en on, mais qui cachent une attaque tout aussi précise. Ainsi, interrogé par les Échos mardi 6 janvier, Emmanuel Macron a moqué la position de Cécile Duflot. Subtilement et avec référence. Il a dit :

"

Cécile Duflot me fait penser à Woody Allen : 'Ma réponse est non… Mais quelle est la question ?' En relisant le projet de loi, elle découvrira que ses craintes ne sont pas fondées.

"

Ou comment sous-entendre que la députée écolo est dans l'idéologie pure et qu'elle dénonce par principe un texte de loi qu'elle n'a certainement pas lu.

Emmanuel Macron n'est d'ailleurs pas le seul à penser cela. Même chez les écolos, le cas Duflot irrite. Manuel Valls l'a compris. "En poursuivant cette stratégie personnelle pour tenter d'imposer sa candidature à la présidentielle, elle risque de provoquer une scission chez les Verts", a dit le Premier ministre cité par l'hebdomadaire. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus