Après François Fillon et Xavier Bertrand, Nathalie Kosciusko-Morizet évoque l’hypothèse que l’UMP change de nom

Publié à 06h43, le 10 juin 2014 , Modifié à 10h21, le 10 juin 2014

Après François Fillon et Xavier Bertrand, Nathalie Kosciusko-Morizet évoque l’hypothèse que l’UMP change de nom
NKM. © Maxppp.

Dis-moi comment tu t’appelles et je te dirai qui tu es. Et pour le moment, en pleine tourmente Bygmalion après avoir été devancée par le FN aux européennes, l’UMP n’est pas synonyme de succès. Alors, pourquoi ne pas changer le nom du parti, s'interrogent à voix haute certaines personnalités du parti ?

La présidente du groupe UMP au Conseil de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet dit ainsi souhaiter un changement de nom et la vente du siège de l'UMP, dans une interview au Parisien/Aujourd'hui en France publié ce mardi 10 juin, avant un bureau politique à haut risque.

"L'UMP d'aujourd'hui a déçu. Le congrès de l'automne doit être celui de la refondation", déclare l'ancienne porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy qui ajoute :

Je suis favorable à des actes symboliques forts comme le changement de nom de l'UMP. Je souhaite aussi que l'on vende notre siège, rue de Vaugirard. Il est froid, glacial, à présent il rappelle de mauvais souvenirs, et nous avons de toute façon besoin d'argent.

La députée de l'Essonne appelle également à "retrouver l'ADN de l'UMP, c'est à dire privilégier l'alliance entre la droite et le centre pour une alternative majoritaire et une alternative gagnante", comme l’ont notamment suggéré certains ténors du parti comme Alain Juppé.

Avant elle, Xavier Bertrand avait déjà évoqué l’idée que l’UMP change de nom afin de se retrouver une virginité. "Il faut peut-être un nouveau nom mais il faut une nouvelle UMP. Une UMP moderne et populaire", avait déclaré l’ancien ministre du Travail. François Fillon également a laissé entendre qu’un changement de nom, voire de structure, ne nuirait pas à la famille gaulliste.

Interrogés sur ces points dans la matinée, Christian Estrosi et Eric Woerth ne sont pas contre, contrairement à Nadine Morano.

Mise à jour à 10 heures avec les positions des trois anciens ministres.

Du rab sur le Lab

PlusPlus