Aubert Vs Mazetier, épisode 2 : le député UMP sanctionné pour avoir persisté à dire "madame Le président"

Publié à 08h57, le 07 octobre 2014 , Modifié à 11h12, le 07 octobre 2014

Aubert Vs Mazetier, épisode 2 : le député UMP sanctionné pour avoir persisté à dire "madame Le président"
Sandrine Mazetier et Julien Aubert. © Montage photos Maxppp.

Julien Aubert, député UMP du Vaucluse, est un provocateur. Dans la nuit du lundi 6 au mardi 7 octobre, l’élu UMP a persisté à appeler la présidente de séance, la socialiste Sandrine Mazetier, "Madame Le président", lors des débats sur le projet de loi sur la transition énergétique. Une Ségolène Royal à qui il donnait du "madame Le ministre", lors des questions au gouvernement du 1er octobre.

Pour cette nouvelle saillie sémantique, Julien Aubert a été rappelé à l’ordre. Un rappel à l’ordre avec inscription au procès-verbal qui lui vaudra une sanction. Le député UMP sera ainsi privé, pendant un mois, du quart de son indemnité parlementaire, soit 1378€, relève Le Scan.

Se justifiant en invoquant l’Académie française, Julien Aubert a, suite à ce rappel à l’ordre, cessé de dire "Madame le président" mais a continué en disant "merci Madame". Ce qui n’a pas non plus plu à Sandrine Mazetier qui l’a repris ainsi :

"

Non, madame, ça ne va pas non plus.

"

En revanche, comme lors des questions au gouvernement, le député UMP a persisté envers Ségolène Royal ne cessant pas de l’appeler "Madame le ministre".

Ces questions sémantiques avaient déjà opposé les deux protagonistes. En janvier 2014, alors qu’il donnait du "madame le président" à Sandrine Mazetier, cette dernière avait rétorqué avec humour :

"

Monsieur la députée. Vous étiez la dernière oratrice inscrite. La discussion générale est donc close.

"

Un passage alors isolé par le Lab :

Du machisme ? De la "résistance culturelle" plutôt, pour Sandrine Mazetier, contactée alors par le Lab, qui a vécu des épisodes plus durs en la matière. Les caquêtements à l'Assemblée lors de l'intervention d'une députée écologiste, les sifflets sur la robe à fleur de Cécile Duflot, sont effectivement passés par là.

[Edit 11h] "Police de la pensée"

Alors que Julien Aubert persiste, se justifiant sur LCI en revendiquant "parler le Français", le député UMP Eric Ciotti a dénoncé "la police de la pensée" mise en oeuvre par les socialistes.

Du rab sur le Lab

PlusPlus