Candidature à la présidence de l'UMP : Nicolas Sarkozy prévoit toujours une annonce fin août ou début septembre

Publié à 13h03, le 24 août 2014 , Modifié à 13h17, le 24 août 2014

Candidature à la présidence de l'UMP : Nicolas Sarkozy prévoit toujours une annonce fin août ou début septembre
© Maxppp

FINAL COUNTDOWN - Ça se rapproche. Selon les informations de Bruno Jeudy du Journal du Dimanche, Nicolas Sarkozy doit bien s'exprimer sur ses intentions vis-à-vis de l'UMP "d'ici à quinze jours". Une date qui colle avec sa promesse faite le 2 juillet sur Europe 1 et TF1 de se décider "à la fin août, début septembre".

D'ici deux semaines, Hervé Mariton et Bruno Le Maire seront donc fixés sur l'existence d'un troisième candidat - un peu encombrant - pour la présidence du parti. Nicolas Sarkozy ne disposait de toutes façons pas d'une grande marge de manœuvre puisque la date limite de dépôt des candidatures pour le congrès de novembre a été fixée au 30 septembre.

Selon Bruno Jeudy, cette annonce mettra fin "au faux suspense de son retour programmé" et Nicolas Sarkozy prévoit déjà de continuer ses conférences à l'étranger s'il redevient président de l'UMP.

La forme de l'annonce est quant à elle totalement inconnue puisque le JDD parle tout à la fois d'une interview télévisée, d'une tribune, d'une rencontre avec des journalistes ou ... d'un tweet. L'ex-Président doit rentrer de ses vacances et voir notamment son fidèle lieutenant Brice Hortefeux mardi 26 août pour "d'ultimes consultations", précise le journal. Sa dernière intervention était une interview télévisée à propos de sa mise en examen pour corruption active, trafic d'influence actif et recel de violation du secret professionnel.

Malgré ces problèmes judiciaires, l'ancien chef de l'Etat est conforté par les sondages. Selon une étude de l'Ifop pour Sud Ouest dimanche du 23 août, 69% des sympathisants UMP souhaitent qu'il dirige le parti contre 21% pour Bruno Le Maire et 2% pour Hervé Mariton.

A propos de l'entrée en lice d'Alain Juppé pour la primaire UMP en vue de 2017, Brice Hortefeux et ses proches ont par ailleurs été sommés de n'avoir "aucune agressivité ni réaction surdimensionnée".

Du rab sur le Lab

PlusPlus