À la veille des européennes, Christine Boutin officialise sa "rupture" idéologique avec l'UMP

Publié à 16h06, le 02 mai 2014 , Modifié à 16h27, le 02 mai 2014

À la veille des européennes, Christine Boutin officialise sa "rupture" idéologique avec l'UMP
Christine Boutin avec, notamment, Christian Jacob © Sipa

VOILÀ, C’EST FINI – L’UMP et Christine Boutin sont irréconciliables : La tête de liste "Force vie" en Île-de-France pour les européennes l’a annoncé vendredi 2 mai, sur RMC, mettant en avant des divergences d’opinion apparemment insolubles :

Je suis en rupture avec l’UMP. L’UMP est en train de se fourvoyer. On ne peut pas voter UMP si l’on croit véritablement qu’il ne peut pas y avoir de mariage gay et d’euthanasie. Pourquoi ? Parce que l’UMP soutient monsieur Junker qui a fait voter l’euthanasie au Luxembourg. […] S’il est président de la commission, il mettra tout son poids pour qu’on fasse l’euthanasie en Europe et le mariage gay normalisé.

Et, comme dans toute séparation, Christine Boutin rumine le temps passé ensemble et les efforts finalement vains :  

C’est une rupture. J’ai essayé pendant 20 ans, en étant à l’intérieur, et parce que les règles du jeu à l’Assemblé nationale obligent à faire partie d’un groupe, à essayer d’influencer. En réalité, l’UMP a basculé, elle a basculé sur les libertaires.

Au-delà des idées, la question financière peut également expliquer cette rupture ; Christine Boutin ne compte pas rester avec un mouvement en pleines difficultés financières :

À la suite de l’élection présidentielle, où l’UMP ne m’a pas remboursé la totalité de ses engagements, j’ai été obligé de vendre ma permanence.

En 2012, Christine Boutin avait déclaré avoir touché 680.000 euros de la part de l’UMP, en remboursement de ses frais de campagne. Elle devait percevoir 800.000 euros. "Nicolas Sarkozy s’était engagé à ce que cette somme me soit remboursée par l’UMP", avait-elle dit à Valeur actuelles en octobre 2012. Mais le parti de Jean-François Copé ne peut plus se permettre de telles dépenses.

L’annonce de la rupture officielle a en tous cas fait un heureux : Paul-Marie Coûteaux. Mis à l'écart par Marine Le Pen qui ne souhaite "plus travailler avec lui", l'ancien député européen se rapproche inlassablement de Christine Boutin.

Début avril, deux responsables UMP, Florian Silnicki et Sébastien Chenu, avaient demandé à l'UMP "d'exclure définitivement Christine Boutin de toute association ou participation aux instances, même consultatives". En cause : la sortie de l'ancienne présidente du Parti chrétien démocrate dans Charles où elle avait estimé que l'homosexualité est une "abomination

Du rab sur le Lab

PlusPlus