Crise à l'UMP : Christian Estrosi menace soit de quitter le parti, soit d'être candidat à sa présidence

Publié à 09h27, le 10 juin 2014 , Modifié à 10h53, le 10 juin 2014

Crise à l'UMP : Christian Estrosi menace soit de quitter le parti, soit d'être candidat à sa présidence
Christian Estrosi. © Reuters

GRAND ÉCART - L'ancien ministre Christian Estrosi menace ce mardi 10 juin, quelques heures avant un bureau politique crucial pour l'UMP, de quitter son parti...ou de briguer sa tête lors du congrès dont la date doit être fixée.

"L'UMP est en danger de mort et peut mourir", met en garde le député-maire de Nice, invité de France InfoComme NKM, Christian Estrosi est "favorable" à un changement de nom, à une vente du siège et demande à son parti de "sortir de cette dimension élitiste, bourgeoise". Il prévient :

Soit ce congrès, avec les militants, dans la démocratie sera capable de bâtir cette nouvelle gouvernance, ce nouveau modèle politique ou alors je prendrai mes responsabilités.

Mais que veut dire, concrètement, "prendre ses responsabilités" ? Double réponse :

Soit je quitterai l'UMP, mais si vous me posez la question, avant que vous me la posiez peut-être, "Est-ce que vous serez candidat?". Je le dis : je n'écarte rien au cas où tout ce que je demande aujourd'hui alors que je veux une décision collective et qui avance ne réponde pas à toutes ces aspirations pour l'avenir de l'UMP.

Un passage à regarder vers 8 minutes ci-dessous :

Le secrétaire général des amis de Nicolas Sarkozy demande également à Alain Juppé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin de "veiller à ce que le congrès se prépare de la manière la plus neutre possible", "sans donner le sentiment qu'ils exercent ce triumvirat sans chercher à l'instrumentaliser à leur bénéfice, sous quelque forme que ce soit et contre qui que ce soit". Comprenez, contre Nicolas Sarkozy.

En 2012, Christian Estrosi avait annoncé sa volonté de briguer la tête de l'UMP avant d'y renoncer et de se ranger derrière François Fillon.

Du rab sur le Lab

PlusPlus