Dominique de Villepin de retour à l’UMP : la primaire pour 2017 en vue ?

Publié à 07h28, le 02 décembre 2014 , Modifié à 07h28, le 02 décembre 2014

Dominique de Villepin de retour à l’UMP : la primaire pour 2017 en vue ?
Dominique de Villepin. © Maxppp.

Alain Juppé, François Fillon, Xavier Bertrand… Et si, à ces noms de candidats déclarés à la primaire UMP pour la présidentielle de 2017 s’ajoutait celui de l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin ? Ancien rival de Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin a accepté la proposition du nouveau président de l’UMP de siéger dans son comité – déjà mort-né ? – des anciens Premiers ministres.

Pourquoi un tel retour ? Pourquoi Dominique de Villepin, qui souhaitait se présenter contre Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2012, a-t-il fini par se rapprocher de celui qui promettait, à l’époque de l’affaire Clearstream, de le "pendre à un croc de boucher" ? La réponse est à chercher dans les ambitions de Dominique de Villepin.

Selon plusieurs informations qui ont fuité ces derniers mois, Nicolas Sarkozy lui aurait proposé, en cas de retour à l’Elysée, de revenir au Quai d’Orsay où il s’était fait remarqué par son célèbre discours à l’ONU contre la guerre en Irak. Un débauchage qui faisait ironiser Edouard Philippe, député-maire UMP du Havre et proche d’Alain Juppé :

C’est la première fois qu’une couleuvre ressemble à un croc de boucher.

Mais certains proches de l’ancien président de République Solidaire pointent également comme objectif la primaire de 2016. Au cas où Nicolas Sarkozy ne serait pas candidat. "Nicolas Sarkozy exerce sur Dominique de Villepin une sorte de fascination-répulsion", confie au Parisien de ce mardi 2 décembre Marie-Anne Montchamp. Qui ajoute :

Il doit aussi y avoir chez Villepin un goût d’inachevé, c’est un homme qui a soif d’exécutif.

Un ancien ministre renchérit, en off, dans Le Parisien toujours :

Si jamais Sarkozy se trouvait finalement empêché d’être candidat en 2017, Villepin se retrouverait en piste…

Fidèle parmi les fidèles de l’ancien chef du gouvernement de Jacques Chirac, Jean-Pierre Grand, qui a succédé à Dominique de Villepin à la tête de République solidaire, ne dit pas autre chose lorsqu’il lâche, au Figaro de ce 2 décembre :

Il veut aider notre famille à créer les conditions de l’alternance en 2017.

Il ajoute :

Il est le seul aujourd’hui à droite à avoir un programme présidentiel complet et entièrement écrit.

A bon entendeur.

Du rab sur le Lab

PlusPlus