"Fournée" d'artistes: "c'est dingue comme histoire", réagit Jean-Marie Le Pen

Publié à 12h46, le 08 juin 2014 , Modifié à 14h06, le 08 juin 2014

"Fournée" d'artistes: "c'est dingue comme histoire", réagit Jean-Marie Le Pen
Jean-Marie Le Pen le 26 mai 2014. (Oliver Corsan/MaxPPP)

"DINGUE" - Le président d'honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen, se défend de toute allusion à la Seconde guerre mondiale. 

Dans son "Journal de bord n°366", publié vendredi 6 juin et rendu inaccessible depuis, le président d’honneur du FN fustige "le vieux Bedoche" [Guy Bedos, ndlr], "la vieille Maldonna" [Madonna, ndlr] et Yannick Noah, des artistes qui se sont tous montrés critiques vis-à-vis de son parti.

Puis, lancé par la frontiste Marie d’Herbais sur Patrick Bruel, chanteur de confession juive qui avait indiqué en avril qu'il ne se produirait pas en concert dans des villes dont le maire est FN, l’ancien candidat à la présidentielle répond :

On fera une fournée la prochaine fois.

Le chanteur y a vu le "vrai visage du FN" et, aux yeux de l'association SOS Racisme, "c'est au-delà du dérapage". L'association a annoncé dimanche le dépôt d'une plainte "dans les prochains jours" contre Jean-Marie Le Pen, plusieurs fois condamné pour incitation à la haine raciale ou contestation de crimes contre l'humanité.

Au Lab, le porte-parole de l'association explique :

On est dans le registre des "collectors" de Jean-Marie Le Pen,dans le "Durafour crématoire", dans le "détail de l'histoire", dans son logiciel antisémite assez clairement. C'est au delà du dérapage, on est dans la matrice de ce parti.

Dimanche midi, au micro de la radio France Info, Jean-Marie Le Pen s'est défendu de toute allusion à la seconde guerre mondiale.

Il a déclaré :

Il n'y a pas d'explication, si désormais on doit s'interdire un certain nombre de mots, les mots en "if", les mots qui ont un rapport avec la guerre, c'est incroyable comme histoire ! Imaginer que ce mot ait pu être employé en comparaison avec les événements de la guerre mondiale, mais c'est dingue ! Ce sont des dingues ! A quel moment quelqu'un a utilisé ce mot de fournée dans le sens que semblent avoir voulu croire un certain nombre de gens ?

Et alors que Louis Alliot, vice-président du FN et compagnon de Marine Le Pen a estimé qu'il s'agissait d'une "mauvaise phrase de plus", ajoutant "c'est stupide politiquement et consternant", Jean-Marie Le Pen a conclu, citant Louis Alliot :

S'il y a des gens de mon camp qui l'interprètent de cette manière, ce sont des imbéciles, voilà !

Dans un communiqué publié dans la foulée, le président d'honneur du Front national a encore estimé que "la dénonciation médiatique des prétendus dérapages de Jean-Marie Le Pen fait partie de l'arsenal de combat des ennemis du Front national". Il ajoute:

Le mot "fournée" que j’ai employé dans mon journal de bord hebdomadaire n’a évidemment aucune connotation antisémite, sauf pour des ennemis politiques ou des imbéciles.

[Edit 14:00 avec communiqué de Jean-Marie Le Pen]

Du rab sur le Lab

PlusPlus