Gilbert Collard justifie les atteintes à la vie privée de François Hollande, pas à celle de Florian Philippot

Publié à 16h24, le 12 décembre 2014 , Modifié à 16h37, le 12 décembre 2014

Gilbert Collard justifie les atteintes à la vie privée de François Hollande, pas à celle de Florian Philippot
Gilbert Collard © REUTERS/Jean-Paul Pelissier

"C'est très grave ce qu'il se passe. Il n'y a plus aucune vie privée et ça c'est un signe de déliquescence éthique, sociale". Interrogé vendredi 12 décembre sur LCP Public Sénat, Gilbert Collard a dit tout le mal qu'il pense des révélations de Closer sur Florian Philippot. Le député affilié FN, comme l'ensemble de la classe politique, a fustigé cette publication. Il l'avait déjà fait un peu plus tôt au travers d'un tweet sans équivoque :

Pourtant, Gilbert Collard le reconnaît lui-même : il n'a pas toujours rechigné à lire certains articles de Closer, y compris ceux qui violaient manifestement la vie privée d'un homme politique. Le député du Gard en convient : oui, il s'est bien marré quand le magazine a fait sa une sur François Hollande et Julie Gayet, en janvier dernier. Mais il avait le droit car c'était du président qu'il s'agissait. Il dit :

C'est vrai que quand on vu Hollande sous son casque se faire choper, on s'est tous marrés. Mais c'est quand même le président de la République, je veux dire, bon. Qu'il y ait des atteintes à la vie privée du président de la République, ça peut se comprendre, mais quand on est membre d'un parti, qu'on occupe des fonctions…

Un extrait à retrouver en vidéo ci-dessous :



C'est donc bien deux poids et deux mesures que propose Gilbert Collard, légitimant d'un côté les atteintes à la vie privée de François Hollande mais dénonçant de l'autre celles contre la vie privée de Florian Philippot.

Soit l'inverse de ce qu'a déclaré Marine Le Pen dans l'émission Mediapolis diffusée samedi 13 décembre sur Europe 1. Interrogée sur les révélations de Closer, la présidente du FN a fustigé un "type de comportement insupportable". "Je le dis quand ça touche Florian Philippot, je le dis quand c'est le président de la République. La vie privée, c'est sacré", a estimé Marine Le Pen.

Du rab sur le Lab

PlusPlus