Info Lab: Claude Goasguen poursuivi en diffamation par son dissident dans le 16e arrondissement

Publié à 18h40, le 19 mars 2014 , Modifié à 18h43, le 19 mars 2014

Info Lab: Claude Goasguen poursuivi en diffamation par son dissident dans le 16e arrondissement
Octobre 2012 à l'Assemblée (Maxppp)

Les affaires de l'avocat de Claude Goasguen se portent bien. Déjà poursuivi pour ses propos sur "les musulmans drogués dans les mosquées", le député-maire UMP du 16e arrondissement de Paris fait, selon les informations du Lab, l'objet d'une autre plainte en diffamation, déposée cette fois par David Alphand, son dissident historique.

Claude Goasguen avait, en décembre dernier, accusé David Alphand de "truquer" les élections. La plainte de ce dernier, déposée en février, a depuis été examinée et, fera donc l'objet d'un procès en diffamation. Selon les informations du Lab, Claude Goasguen a reçu en sa mairie du XVIe arrondissement, des mains d'un huissier de justice, la convocation au tribunal correctionnel de Paris:

La phrase qui fâche David Alphand est retranscrite dans le compte-rendu du Conseil d'arrondissement (page 34 de ce document) de décembre 2013. Le maire du 16e arrondissement y accuse bien son dissident de "truquer" les élections :

M. GOASGUEN répond à M. ALPHAND en revenant tout d’abord sur le terme de politicien. Il rétorque que ce dernier n’a, de ce point de vue, de leçon à ne donner à personne, vu qu’il n’hésite pas à truquer des élections, d’après M. GOASGUEN (par exemple en affichant une étiquette UMP lors des législatives).

Selon l'entourage de David Alphand, Claude Goasguen aurait eu des mots plus durs encore :

Il a accusé David Alphand d'être un dissident fourbe et tricheur, et lui a assuré qu'il ferait tout pour le briser.

Contacté par le Lab, Claude Goasguen se dit serein. Il affirme que son avocat a fait valoir à l'avocat de David Alphand "une offre de preuves" et pense que son dissident perdra son procès, ainsi que les élections :

Monsieur Alphand fait une procédure qui n'a aucun objet. Il avait fait un bulletin où le sigle UMP était écrit alors qu'il était dissident.

Il perdra, il perdra, de toute évidence.

Et Claude Goasguen d'y voir une manœuvre politique destinée à la déstabiliser :

Quand les gens pensent qu'ils ne sont pas capables de s'imposer démocratiquement, ils passent par des procédures judiciaires en pensant que ça les aidera auprès des électeurs.

Claude Goasguen affronte une nouvelle fois David Alphand dans les urnes en ce mois de mars 2014. Ce dernier porte les couleurs du mouvement "Paris libéré", mené par Charles Beigbeder. Dans ce même XVIe arrondissement, il faut également compter sur une autre dissidente, Valérie Sachs, issue des rangs de l'UDI.

Du rab sur le Lab

PlusPlus