L'aile gauche du PS présente 4 contributions en vue du congrès du parti

Publié à 11h19, le 07 février 2015 , Modifié à 11h43, le 07 février 2015

L'aile gauche du PS présente 4 contributions en vue du congrès du parti
© Montage Le Lab via AFP

Le congrès du PS ne fera pas exception à la tradition de la confrontation des différentes nuances du socialisme. Alors que le parti tient son conseil national samedi 7 février, les contributions en vue du congrès de juin ont été déposées cette semaine. Et il y aura de quoi faire.

27 contributions générales ont été présentées, comme l'a précisé le député Guillaume Bachelay ce samedi :

Outre la contribution majoritaire signée Jean-Christophe Cambadélis (soutenu par Jean-Marc Ayrault, Bruno Le Roux et Claude Bartolone, notamment), deux textes plutôt favorables à l'exécutif ont été déposés. "Cohérence socialiste" (portée par les députés Alexis Bachelay, Yann Galut, Valérie Rabault et Karine Berger) et "Inventer l'avenir" (signée Gérard Collomb et Christophe Caresche). Mais c'est bien sur l'aile gauche du PS que se multiplient les prises de position. 

Dans sa contribution, Martine Aubry remet un certain nombre de débats sur la table, comme la réforme fiscale, le droit de vote des étrangers ou une part de proportionnelle aux législatives. Trois autres courants maintiennent par ailleurs leurs appels à un changement de politique de la part du gouvernement.

# Hamon & co

Avec son courant Un monde d'avance, Benoît Hamon signe un texte intitulé "L'optimisme de la volonté" qui ne s'embarrasse pas de politesses à l'égard du parti :

"

Pourquoi ne pas le reconnaître ? C’est parfois difficile de militer au nom du Parti socialiste aujourd’hui. Sinon pourquoi serions-nous si peu nombreux ? Cela doit-il nous décourager, nous faire changer de trottoir ? Assurément non. 

"

L'ex-ministre devenu frondeur dénonce "une gauche qui s’aventure parfois à droite", une politique qui "divise" les socialistes et les appels à la "modernité" lancés par Manuel Valls, ce qui revient à "oublier Jaurès". Parmi les signataires : Henri Emmanuelli, figure de la gauche du PS, mais aussi Aurélie Filippetti ou encore les frondeurs Pouria Amirshahi et Pascal Cherki.

# Maintenant la gauche

Très critique à l'égard du gouvernement depuis de longs mois, le courant "Maintenant la gauche", porté par l'eurodéputé Emmanuel Maurel, la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann et le président du Conseil général de l'Essonne Jérôme Guedjen appelle au "sursaut républicain". "Nous ne nous reconnaissons pas dans la logique du 'pacte de responsabilité' qui relève à nos yeux de théories libérales dépassées", écrivent-ils. Emmanuel Maurel est par ailleurs quasi-candidat pour le congrès, après être arrivé deuxième en 2012 face à Harlem Désir.

# Les frondeurs

Pas question de se laisser museler par "l'esprit du 11 janvier". Les députés socialistes "frondeurs", réunis dans le courant "Vive la gauche", présentent également leur contribution, intitulée "Le choix de l'espoir". Les membres du parti ayant la possibilité de signer deux textes, on retrouve donc certains noms au bas de cette contribution : Pouria Amirshahi, Pascal Cherki, Henri Emmanuelli, Jérôme Guedj, Benoît Hamon, , Marie-Noëlle Lienemann... Mais aussi d'autres : Christian Paul, Laurent Baumel, Guillaume Balas ou encore Gérard Filoche.

L'aile gauche du PS peut aussi se rassembler, notamment pour demander au premier secrétaire plus de "transparence" dans la préparation du congrès. En attendant d'éventuels ralliements des uns ou des autres derrière des candidats pour ce rendez-vous qui devra désigner le nouveau patron de Solférino.

Du rab sur le Lab

PlusPlus