La défense de Marine Le Pen sur l’organisation familiale du FN : "les Kennedy, ça ne dérange personne"

Publié à 19h27, le 02 décembre 2014 , Modifié à 19h27, le 02 décembre 2014

La défense de Marine Le Pen sur l’organisation familiale du FN : "les Kennedy, ça ne dérange personne"
Marine Le Pen © Captures d'écran i>Télé

Marine Le Pen est présidente du Front national, réélue dimanche 30 novembre avec 100% des suffrages exprimés. Son compagnon Louis Aliot est vice-président du parti. Sa nièce Marion Maréchal - Le Pen est arrivée en tête à l'élection au comité central du Front national, samedi 29 novembre. Quant à son père Jean-Marie Le Pen, il reste le président d'honneur un peu gênant du mouvement qu'il a fondé.

Pour autant, Marie Le Pen en a marre que l'on parle de la "dynastie" Le Pen. Invitée d'i>Télé ce mardi 2 décembre, elle répond vivement à Laurence Ferrari qui l'interroge sur ce sujet. Elle le fait d'abord en attaquant les journalistes :

Je suis quand même assez étonnée de l'hypocrisie de certains journalistes parce que j'ai dû croiser, oh allez, cinquante journalistes depuis deux ans qui m'ont dit tout le bien qu'ils pensaient de Marion Maréchal – Le Pen, qui m'ont expliqué qu'ils trouvaient qu'elle avait énormément de talent pour son âge. Pourquoi les journalistes trouveraient du talent à Marion et pourquoi les adhérents du Front national n'en trouveraient pas ?

Laurence Ferrari lui explique qu'elle ne voit pas le rapport. Marine Le Pen change alors d'argument et évoque l'histoire de sa famille, "une famille qui donne beaucoup à la France, qui a beaucoup sacrifié à la France, sa tranquillité, ses hobbies, sa vie de famille", commence-telle. Vient alors LA comparaison. La présidente du FN s'étonne qu'on glorifie certaines dynasties et pas les Le Pen. Elle dit :

Il est quand même étonnant que ce que vous appelez une dynastie fait l'admiration de certains quand ça se déroule aux États-Unis ou dans d'autres mouvements politiques. Mais quand il s'agit du Front national, c'est obligatoirement source de critiques. Les Kennedy, ça ne dérange personne ! Je remarque que souvent des reportages sur les Kennedy montrent une sorte de fascination pour cette famille dont quasiment l'intégralité des membres ont fait de la politique. Et nous nous n'aurions pas le droit ?

Si vous séchez un peu, on vous rappelle que John Fitzgerald Kennedy a été président des États-Unis de 1961 à 1963. Son père Joseph Patrick Kennedy a été ambassadeur, ses frères Robert et Ted sénateurs.

Du coup, par cet exemple, Marine Le Pen explique que l'avènement de Marion Marchal – Le Pen au sein du FN n'est dû qu'au choix des adhérents. 

Pourtant, même la députée du Vaucluse parle de l'organisation familiale du parti. Dimanche 30 novembre, elle a expliqué pourquoi elle avait refusé d'intégrer le bureau exécutif du parti. "Je ne voulais que Marine Le Pen se fasse reprocher le fameux Front familial comme on entend si souvent de façon injuste. Cumuler Louis Aliot [compagnon de Marine Le Pen, NDLR], Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen... Je ne voulais pas qu'elle ait à se justifier de cela", a-t-elle déclaré.

Florian Philippot lui-aussi a souligné le côté entreprise familiale du FN. Il l'a fait samedi 29 novembre, en commentaire de sa 4ème place à l'élection au comité central du FN. "Moi, je suis beaucoup plus récent, je suis 4e, je n'ai pas ce coup de pouce de m'appeler Le Pen, qui reste indéniablement un coup de pouce", a-t-il admis. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus