La femme de François Fillon a parrainé Hervé Mariton pour la présidence de l'UMP

Publié à 10h43, le 24 octobre 2014 , Modifié à 17h17, le 26 octobre 2014

La femme de François Fillon a parrainé Hervé Mariton pour la présidence de l'UMP
François Fillon et Pénélope Fillon se rendent à l'Elysée pour un diner officiel avec le président de la Côte d'Ivoire, le 26 janvier 2012. (Reuters/Gonzalo Fuentes)

VOTE FOR MARITON - Son adversaire à la présidence de l'UMP, l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, empile les soutiens de fillonistes, parmi lesquels Valérie Pécresse ou Eric Ciotti.

Mais Hervé Mariton, challenger crédité, selon le Parisien Magazine, de 1% de préférence des sympathisants UMP dans les sondages, a au moins pu compter sur une partie du clan Fillon pour se lancer dans la course à la présidence du parti. Et notamment sur la femme de François Fillon, Pénélope, rapporte le journal Libération le 30 octobre.

Selon le quotidien, la femme de l'ancien Premier ministre a décidé, "comme l'ont fait de nombreux parlementaires fillonistes, de lui apporter son parrainage". D'origine galloise, Pénélope Fillon s'est engagé en politique pour la première fois lors des élections municipales. Inscrite en 9e position à Solesmes sur la liste de Pascal Lelièvre (UMP), elle siège désormais au Conseil municipal de la commune où se trouve le château du couple.

Argument invoqué par Libération pour expliquer cet engouement filloniste : Hervé Mariton ne confond pas la présidence du parti avec celle de la République, et donc avec les primaires prévues en 2016 pour désigner le candidat UMP à la prochaine élection présidentielle.

C'était déjà l'argument de la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylat, l'une des premières a avoir soutenu Hervé Mariton :

Je ne veux pas de personne qui utilise la présidence de l'UMP à des fins personnelles.

Et puis la tendance d'Hervé Mariton à cibler Nicolas Sarkozy au cours de sa campagne, n'a pas dû trop déranger le clan Fillon, à couteaux tirés avec l'ancien chef de l'Etat.

Bruno Le Maire, Nicolas Sarkozy et Hervé Mariton devaient fournir à leur mouvement, comme l'explique Le Scan, 2.681 formulaires de parrainage d'adhérents à jour de cotisation (1% des adhérents autorisés à voter) et le parrainage d'au moins 13 parlementaires UMP.

Parmi ces derniers, Jacques Myard, Philippe Gosselin ou encore Gilles Carrez ont parrainé le député de la Drôme.

Du rab sur le Lab

PlusPlus