La théorie du "grand remplacement", nouveau désaccord entre Jean-Marie et Marine Le Pen

Publié à 12h56, le 03 novembre 2014 , Modifié à 13h42, le 03 novembre 2014

La théorie du "grand remplacement", nouveau désaccord entre Jean-Marie et Marine Le Pen
Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen © Maxppp.

Ils disent être d’accord sur l’essentiel, soit presque tout. Mais se disputent régulièrement par médias interposés. Dernier épisode en date des divergences entre Jean-Marie Le Pen, fondateur du Front national, et sa fille devenue présidente du parti de Marine Le Pen : la théorie du "grand remplacement".

#QU’EST-CE QUE LA THÉORIE DU GRAND REMPLACEMENT ?

Cette théorie, qui fait fureur parmi les milieux d’extrême droite, provient de l’écrivain proche du FN Renaud Camus. Cette théorie développe l’idée que le peuple français "de souche" serait à terme remplacé par d’autres peuples immigrés, puisque ces derniers auraient des taux de fécondité supérieurs. "Le grand boniment", écrit Le Monde à propos de cette thèse quand Rue89 parle de "l’idée raciste qui se propage".

#QU’EN PENSE JEAN-MARIE LE PEN ?

Au FN, Jean-Marie Le Pen a été l’un des premiers cadres du parti à s’emparer de cette théorie du "grand remplacement". Il s’y est rallié lors d’un discours, en mai 2014 à Marseille, relève le Scan. Pour le finaliste de la présidentielle de 2002 face à Jacques Chirac, "cette immigration massive risque de produire un véritable remplacement des populations". L’eurodéputé FN en parle également dans ses vidéos hebdomadaires publiées sur son site internet.

#QU’EN PENSE MARINE LE PEN ?

Dimanche 2 novembre, Marine Le Pen s’est éloignée de cette théorie dans une interview au JDD. Sans renier sa position sur l’immigration, la présidente du FN déclare :

"

Le concept de grand remplacement suppose un plan établi. Je ne participe pas de cette vision complotiste.

"

Comme l’a noté le Scan, interrogée sur ce sujet qui fait fantasmer le parti d’extrême droite sur France Inter, en octobre, Marine Le Pen avait esquivé, évitant de se positionner trop définitivement sur ce sujet. "La réalité c'est que notre pays vit une immigration massive. A partir du moment où on met en place le multiculturalisme, on ne permet pas à deux sociétés de vivre. On prend le risque de la confrontation des cultures", évacuait-elle.

#ET AU FN ?

Au sein du Front national, la ligne majoritaire semble être plus proche de celle de Jean-Marie Le Pen que de Marine Le Pen. Ainsi Aymeric Chauprade, conseiller de la présidente frontiste – et qui remet en cause la version officielle du 11 septembre – considère qu’il "s’agit là d’une évidence qu’aucun déni de réalité ne saurait masquer".

De son côté, le chef de cabinet de Marine le Pen himself assure que cette "théorie" n’en est pas une puisque c’est, d’après lui, "un phénomène démographique".

Enfin, Julien Rochedy, ancien patron du FNJ, évoque cette thèse dans des communiqués officiels du Front national, exhumés par le Scan. "En bradant tout le temps la souveraineté de la France, en ouvrant totalement ses frontières pour qu’elle se fasse violer par tous les vents mauvais de la mondialisation, et en favorisant un grand remplacement de population à cause d’une immigration massive, François Hollande détruit la France", écrivait-il dans un communiqué de février 2013 en réponse à une tribune de Najat Vallaud-Belkacem.

Du rab sur le Lab

PlusPlus