Main tendue par Alain Juppé aux centristes : François Sauvadet dit "oui", Rama Yade "n'a pas vocation à servir de roue de secours"

Publié à 19h59, le 29 mai 2014 , Modifié à 20h06, le 29 mai 2014

Main tendue par Alain Juppé aux centristes : François Sauvadet dit "oui", Rama Yade "n'a pas vocation à servir de roue de secours"
François Sauvadet et Rama Yade. © Photos Maxppp

Les centristes ont beaucoup de mal à parler d'une même voix. "Oui à la main tendue" par l'UMP, se réjouit François Sauvadet, en sa qualité de vice-président de l'UDI. Mais une autre vice-présidente de l'UDI, Rama Yade, dit exactement le contraire.

#CONTEXTE

Après la démission de Jean-François Copé, Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin, deux des trois anciens Premiers ministres qui mènent la transition de l'UMP, se prononcent pour un virage de la ligne politique : au centre toute !

#YADE NE VEUT PAS SE FIANCER

Invitée ce jeudi 29 de I>Télé, Rama Yade, vice-présidente de l'UDI, répond que son parti et l'UMP sont "partenaires" et "alliés" mais :

L'UDI, qui est une partie du centre, n'a pas vocation à servir de roue de secours à l'UMP lorsque ça l'arrange.

"Nous avons vocation à avoir nous aussi un candidat à l'élection présidentielle" de 2017, ajoute l'ambitieuse ancienne secrétaire d'État, candidate à la présidence du parti radical, après le départ de Jean-Louis Borloo pour raisons de santé.

Rama Yade précise sa pensée :

Moi, personnellement, je n'ai pas quitté l'UMP pour y revenir, comme ça, parce que l'UMP a des problèmes aujourd'hui. C'est pas le bon moment. C'est un peu prématuré, à mon avis, ces appels.

#SAUVADET VEUT SE MARIER

Invité la veille, mercredi 28 mai, de l'émission "Face aux Chrétiens", François Sauvadet, lui aussi vice-président de l'UDI, répond exactement le contraire :

Moi, en tant que vice-président de l'UDI, en tant que responsable politique, je dis oui à la main tendue, oui à une plateforme politique.

Une réponse isolée ci-dessous en vidéo par la chaîne KTO :

L'UDI compte 16 vice-présidents et un président par intérim : Yves Jégo.

Du rab sur le Lab

PlusPlus