Marine Le Pen prévient Jean-Marie Le Pen : l'avenir du FN, c'est elle, plus lui

Publié à 21h04, le 18 juin 2014 , Modifié à 22h15, le 18 juin 2014

Marine Le Pen prévient Jean-Marie Le Pen : l'avenir du FN, c'est elle, plus lui
Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen © MaxPPP

D'après lui, ils ne se sont toujours pas parlé depuis la polémique sur la "fournée". Jean-Marie Le Pen attend que sa fille Marine daigne prendre son téléphone et l’appelle. Les échanges existent, pourtant, par médias interposés

Alors que le président d’honneur du FN a accordé une entrevue à Paris Match, Marine Le Pen, elle, a choisi Valeurs Actuellespour s’exprimer – et répondre à la lettre ouverte que son père lui a adressée vendredi 13 juin. La présidente du FN renvoie Jean-Marie Le Pen à sa place, celle de président d’honneur, pas plus.

Dans sa lettre ouverte, Jean-Marie Le Pen demandait à Marine Le Pen si elle s’estimait "fondée à sanctionner le fondateur et Président d’honneur du Front National".  Voici sa réponse :

Oui, je suis fondée, en tant que présidente du Front national, à faire appliquer la ligne politique du mouvement. […]



Le vote des adhérents a tranché : c’est malgré les polémiques et non grâce à elles que le FN progresse.

La présidente, c’est elle. Clairement. Mais cela ne signifie pas pour autant que Jean-Marie Le Pen ne peut pas s’exprimer. Marine Le Pen enjoint donc son père à prendre ses responsabilités s’il est tellement en désaccord avec la ligne actuelle du parti. Elle précise :

S’il est dans une contestation de la ligne politique du Front national, il faut alors susciter et soutenir un candidat contre moi qui défendrait une autre ligne que la mienne lors du congrès de novembre ! […] S’il souhaite la contester au prochain congrès, il peut le faire ! Lui comme d’autres, d’ailleurs. Cela ne me choquerait pas.

Cela ne la choquerait pas. Mais elle rappelle néanmoins que l’avenir du Front national passe plus vraisemblablement par elle que par son père. "Il a créé le Front national dans la seconde moitié du XXe siècle, j’en ai pris la tête au début du XXIe", souligne la présidente frontiste. Elle ajoute, cinglante : 

Aujourd'hui, c'est moi, et non plus lui, qui suis chargée de son avenir [du Front national] et de celui de ses idées

Voilà pour le rappel au règlement. Marine Le Pen revient également sur la polémique de la "fournée" et sur l’attitude adoptée par Jean-Marie Le Pen par la suite, une attitude qu’elle trouve "excessive". Elle précise :

Il existe — pourquoi le nier ? — une suspicion d’antisémitisme qui pèse sur le Front national et que je conteste avec la plus grande force. […] Par conséquent, toute polémique qui nourrit cette suspicion est et doit être considérée comme une faute politique en ce sens qu’elle renforce une contre-vérité.

Dans Paris Match, Jean-Marie Le Pen estime que Marine Le Pen "a tort de chercher l’approbation, ou pire, la bienveillance du système". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus