Jean-Marie Le Pen fait savoir tout le mal qu'il pense de la réaction de Marine Le Pen dans une lettre ouverte

Publié à 11h44, le 13 juin 2014 , Modifié à 11h53, le 13 juin 2014

Jean-Marie Le Pen fait savoir tout le mal qu'il pense de la réaction de Marine Le Pen dans une lettre ouverte
Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen © MaxPPP

Comme annoncé, Jean-Marie Le Pen a donc bien envoyé une lettre ouverte à Marine Le Pen pour lui réclamer le retour, sur le site officiel du Front national, de son Journal de bord. Une missive où le président d’honneur donne à sa fille de la "Madame la Présidente" et dénonce la suppression, sans l’en avertir, de la publication de ses vidéos, une "injustice supplémentaire qui suit d’ailleurs la campagne médiatique diffamatoire déclenchée par les sycophantes, chiens de chasse de l’antisémitisme, pour l’emploi du mot 'fournée'", commente Jean-Marie Le Pen.

Voici l’intégralité de la lettre :

 



Sans jamais les citer, le président d’honneur du Front national dénonce les réactions de Louis Aliot, vice-président du FN et compagnon de Marine Le Pen, de Gilbert Collard, mais aussi – et surtout – de la présidente elle-même :

Cette dénonciation de mes propos est, hélas, banale et n’aurait pas pris d’ampleur, en cette fête de la Pentecôte où l’Esprit-Saint descendait sur la tête des apôtres, sous la forme de langues de feu, si cette calomnie odieuse n’avait été accréditée par les commentaires maladroits d’un responsable FN et celui d’un député, qui n’est pas membre du Front National, tout en lui devant son élection, mais surtout par votre condamnation d’une 'faute politique'.

Samedi 7 juin, interrogé par Le Parisien, Louis Aliot avait dénoncé "une mauvaise phrase de plus" de la part de Jean-Marie Le Pen. "C’est stupide politiquement et consternant", avait jugé le vice-président du FN. Le lendemain sur BFMTV, Gilbert Collard avait considéré que la sortie du président d’honneur était "inacceptable et intolérable". Marine Le Pen, au Figaro, avait quant à elle parlé d’une "faute politique".

Pour Jean-Marie Le Pen, Marine Le Pen lui reproche donc "de ne pas [s]’être appliqué, une censure préalable volontaire comme dans les pays totalitaires". Et le frontiste de rappeler les attaques dont sa fille a, elle-aussi, été l’objet :

Mais vous-même, n’avez-vous pas été mise en cause par votre déclaration sur 'l’occupation' de rues par des fidèles musulmans  ou encore par votre présence à Vienne, à un bal, réputé 'nazi' par nos ennemis ?


Vous estimez-vous donc fondée à sanctionner le fondateur et Président d’honneur du Front National, en outre, député européen depuis 30 ans et brillamment réélu avec quatre colistiers ?

Une lettre sans ambages, qui illustre à nouveau les tensions régnant au Front national entre le président d’honneur et la présidente. Jean-Marie Le Pen conclut d’une formule cinglante :

Je vous prie, Madame la Présidente, d’accepter les devoirs que je vous présente.

Depuis ses mots dans Le Figaro, Marine Le Pen n’est pas revenue sur la polémique dite de "la fournée".

Jean-Marie Le Pen, lui, a vu son blog vidéo exclu du site officiel du FN après avoir proposé, dans son Journal de bord n°366, de faire une "fournée" des artistes s’opposant au FN, révélée par Le Lab le samedi 7 juin.

Du rab sur le Lab

PlusPlus