Pour Claude Goasguen, "il y a probablement autant d'islamophobie latente dans ce pays que d'antisémitisme ouvert"

Publié à 18h11, le 27 juillet 2014 , Modifié à 18h11, le 27 juillet 2014

Pour Claude Goasguen, "il y a probablement autant d'islamophobie latente dans ce pays que d'antisémitisme ouvert"
Claude Goasguen se rend à un bureau de vote pour le premier tour des élections régionales, le 14 mars 2010 à Paris.

ISLAMOPHOBIE - Claude Goasguen s'était attiré les foudres du Conseil français du culte musulman en février dernier, pour avoir affirmé lors d'une réunion organisée par l'association israélienne KKL, qu'on ne pouvait plus enseigner la shoah dans les lycées "tant on a peur des réactions des jeunes musulmans qui ont été drogués dans les mosquées."

Le CFCM avait même porté l'affaire devant les tribunaux, attaquant le maire UMP du XVIe arrondissement pour diffamation. Depuis, Claude Goasguen semble avoir révisé sa position. Invité d'i Télé dimanche 27 juillet, l'élu s'est en effet excusé auprès des musulmans français :

Je dirais qu'il y a des mosquées où il y a des salafistes mais mettre tous les musulmans là-dedans c'est injuste et je m'excuse auprès d'eux.

L'élu, qui participait plus tard dans la journée à un rassemblement sur le parvis de Notre-Dame de Paris en soutien aux Chrétiens d'Irak, a ensuite reconnu, pour la première fois selon son intervieweur, Claude Askolovitch, "la gravité de l'islamophobie" en France :

Il y a autant probablement autant d'islamophobie latente dans ce pays que d’antisémitisme ouvert et désormais de passivité à l'égard des Chrétiens. Ce pays est malade, ce pays a besoin de faire se rencontrer des forces qui ne sont pas antagonistes mais qui ont pour objectif de vivre ensemble dans la République.

Selon l'élu, c'est même dans le rejet de la religion musulmane que se trouverait une partie de l'explication des récents débordements en marge de manifestations de soutien à la cause palestinienne à Barbes ou place de la République, à Paris :

L'islamophobie est une réalité, on ne peut pas la nier, et l'islamophobie, en grande partie, explique la violence des manifestations de la part d'un certain nombre d'individus.

Claude Goasguen lie ensuite l'islamophobie à la "renaissance" de l'antisémitisme et à la "passivité à l'égard des Chrétiens d'Orient" :

L'antisémitisme est en train de renaître, l'islamophobie existe, la passivité et le dédain à l'égard des Chrétiens d'Orient témoigne d'une maladie typiquement française qui est l'indifférence à l'égard du monde.

Mais cette indifférence à l'égard des Chrétiens d'Orient serait également due, selon l'élu, à une volonté de ne pas "antagoniser les musulmans", selon les mots de Claude Askolovitch. Claude Goasguen explique ainsi :

On a peur sans doute en France, avec une communauté musulmane qui est en ébullition sur l'affaire du Hamas, qui est en ébullition depuis longtemps, on a l'impression d'attiser un feu.

Relance de Claude Askolovitch :

On n'oserait pas soutenir les Chrétiens de Mossoul, de peur d'antagoniser les musulmans ?

"Je pense, en grande partie il y a ça", répond le maire du XVIe.

L'interview de Claude Goasguen sur iTélé, à retrouver ici :

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus