Pour Jean-Christophe Cambadélis, si Nicolas Sarkozy revient, c'est surtout pour échapper aux juges

Publié à 17h56, le 19 septembre 2014 , Modifié à 18h00, le 19 septembre 2014

Pour Jean-Christophe Cambadélis, si Nicolas Sarkozy revient, c'est surtout pour échapper aux juges
Jean-Christophe Cambadélis © Captures d'écran BFMTV

Puisque Nicolas Sarkozy est désormais de retour en politique, ses opposants politiques aiguisent leurs armes. Et, pour attaquer l'ex-président de la République, certains n'hésitent pas, une heure à peine après la publication d'un message sur Facebook, à mettre en avant ce qu'ils pensent être le principal moteur de ce come-back : l'immunité présidentielle.

Parmi eux, Jean-Christophe Cambadélis. Au cours d'une brève allocution, vendredi 19 septembre, le premier secrétaire du PS a été on ne peut plus clair. Pour lui, si Nicolas Sarkozy replonge dans le bain politique, c'est avant tout pour échapper à la justice. Voici ce qu'il a déclaré :

"

Nicolas Sarkozy estime que la conjoncture lui permettra de faire oublier son passé et son passif. Nul doute que l'ex-président voit dans sa candidature à la tête de l'UMP, qu'il va refonder à sa main, le moyen d'échapper ou d'éloigner les affaires. […] Le retour à la réalité sera plus difficile que le retour sur Facebook.

"

Exactement le même argumentaire avancé par l'écolo Eva Joly, également ancienne juge d'instruction. Mais, plus mesurée cependant que son collègue socialiste, l'ancienne candidate à la présidentielle a utilisé la forme interrogative:

De fait, le nom de Nicolas Sarkozy apparaît dans une dizaines d'affaires, à des degrés différents. En juin dernier, l'ex-président a été mis en examen pour corruption active, trafic d'influence et recel de violation du secret professionnel

Du rab sur le Lab

PlusPlus