Pour Jérôme Lavrilleux, l'affaire Jouyet – Fillon, c'est Gaston Lagaffe contre Iznogoud

Publié à 07h57, le 13 novembre 2014 , Modifié à 08h52, le 13 novembre 2014

Pour Jérôme Lavrilleux, l'affaire Jouyet – Fillon, c'est Gaston Lagaffe contre Iznogoud
Jérôme Lavrilleux © REUTERS/Christian Hartmann

L'UMP, dans son ensemble, soutient à mort François Fillon, accusé d'avoir demandé à l'Élysée de "taper vite" sur Nicolas Sarkozy. Jérôme Lavrilleux n'est pas sur la même longueur d'onde. Interrogé par i>Télé ce jeudi 13 novembre, l'eurodéputé viré il y a peu de l'UMP donne sa vision de l'affaire Fillon – Jouyet et en profite pour charger l'ancien Premier ministre. Alors, on ne sait pas si Jérôme Lavrilleux a lu Modiano. Ce qui est sûr, c'est qu'il est fan de bandes-dessinées.  

Voici ce qu'il déclare :

Il y a un déjeuner entre Gaston Lagaffe et Iznogoud. Gaston Lagaffe c'est un personnage sympathique mais qui est gaffeur, j'ai l'impression que c'est un peu Jean-Pierre Jouyet. Iznogoud c'est un petit peu François Filllon, celui qui a toujours rêvé d'être calife à la place du calife et qui visiblement était prêt à utiliser toutes les méthodes.

Une séquence à voir en vidéo ci-dessous :



Les deux journalistes du Monde à l'origine de l'affaire Jouyet Fillon avaient évoqué ce côté gaffeur du secrétaire général de l'Élysée. "C'est un haut fonctionnaire, c'est quelqu'un qui a gaffé toute sa vie dès qu'il a pris la parole publiquement. Il dit des choses qu'il ne devrait pas dire. Il est très mal à l'aise avec l'univers médiatique. Quand vous avez accès à lui en tant que journaliste, c'est en général bingo à chaque fois !", avaient-ils déclaré.

Quant à François Fillon, il n'a jamais caché son ambition présidentielle

De son côté, Jérôme Lavrilleux est au cœur d'une autre affaire : Bygmalion. En mai, il avait reconnu des "dérapages" financiers lors de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Formellement exclu de l'UMP le 4 novembre, il reste pour l'instant eurodéputé.

Au début du mois d'octobre, trois ex-dirigeants de Bygmalion et trois anciens cadres de l'UMP ont été successivement mis en examen.

Du rab sur le Lab

PlusPlus