Rédécoupage des régions : tout bien réfléchi, François Hollande ne touche pas aux Pays de la Loire

Publié à 00h19, le 03 juin 2014 , Modifié à 00h29, le 03 juin 2014

Rédécoupage des régions : tout bien réfléchi, François Hollande ne touche pas aux Pays de la Loire
Jacques Auxiette, président de la région Pays de la Loire, et François Hollande, en 2010. © Maxppp

François Hollande a tranché en décidant...de ne pas trancher. Dans la nouvelle carte des super-régions dévoilée ce lundi 2 juin par l'Élysée, les Pays de la Loire se maintiennent en l'état et ne fusionnent ni avec la Bretagne, ni avec le Poitou-Charentes. Un statu quo après un vif débat public.

CEUX QUI ANNONÇAIENT UNE FUSION AVEC LE POITOU

Une idée lancée dès le 20 mai par Ségolène Royal, ministre de l'Écologie et ancienne présidente de la région Poitou-Charentes ainsi que par Jean-François Macaire, actuel président de la région Poitou-Charentes.

Lundi 2 juin, comme le révèle Ouest-France, Jacques Auxiette, président de la région des Pays de la Loire, partisan d'une fusion avec la Bretagne, annonce que, lors d'un entretien téléphonique, François Hollande a évoqué avec lui l'hypothèse d'une fusion de sa région avec le Poitou-Charentes.

François de Rugy, député écologiste de Loire-Atlantique, pense alors, et le tweete, que François Hollande "peut encore changer d'avis" :

CEUX QUI VEULENT UNE FUSION AVEC LA BRETAGNE

Juste avant une dernière réunion sur ce dossier à l'Élysée, l'ancien maire de Nantes et Premier ministreJean-Marc Ayrault a plaidé en deux tweets pour une "fusion Pays de la Loire-Bretagne autour des métropoles Nantes et Rennes", au nom de "l'intérêt des populations".

Johanna Rolland, la maire PS de Nantes et présidente de Nantes Métropole va dans le même sens :

Avant eux, c'est l'ancien maire de Quimper, toujours conseiller de François Hollande, Bernard Poignant qui appelle, en vain, de ses vœux une région Loire-Bretagne dont Nantes serait le chef lieu.

Sans compter le cas particulier des bretons qui demandent le rattachement du seul département de la Loire-Atlantique.

AU FINAL

Voici la carte diffusée par l'Élysée.

Le Poitou-Charentes fusionne avec le Centre et le Limousin.

L'Aquitaine, la Corse, la Bretagne, l'Île-de-France, la Provence-Alpes-Côtes-Côte d'Azur et le Nord-Pas de Calais ne bougeront pas. Et, contre toutes attentes, les Pays de la Loire non plus.

Une situation qui inspire à Jacques Priol, directeur de cabinet du président de la région Pays de la Loire, ce tweet. Une photo du DVD du film Beaucoup de bruit pour rien.

Dans un communiqué cité par l'AFP, son patron , Jacques Auxiette, écrit :

Après de multiples tergiversations, c'est finalement une solution raisonnable qui est retenue car elle préserve intactes toutes les possibilités de coopérations avec les régions voisines.

Aucune réaction, en revanche, sur le fil Twitter de Ségolène Royal.

A lire aussi sur le Lab :

> Oups, un petit S en trop s'est greffé sur la Champagne-Ardenne

> Le député UDI de Mayenne, Yannick Favennec pense que François Hollande fait cette réforme territoriale pour "faire plaisir à son ex"

Du rab sur le Lab

PlusPlus