Séquence émotion à l’Assemblée pour la dernière séance présidée par le député PS Christophe Sirugue

Publié à 15h07, le 18 décembre 2014 , Modifié à 16h07, le 18 décembre 2014

Séquence émotion à l’Assemblée pour la dernière séance présidée par le député PS Christophe Sirugue

C’ETAIT SA DERNIÈRE SÉANCE - L’Assemblée, ce n’est pas que des noms d’oiseaux qui fusent, des invectives qui s’entrechoquent et du brouhaha ambiant. L’hémicycle n’est pas que le lieu des séances, agitées et animées, de questions au gouvernement. C’est aussi parfois un lieu d’échange d’amabilités, au sens propre du terme, et de moments d’émotion.

Dans la nuit du mercredi 17 au jeudi 18 décembre, le vice-président socialiste de l’Assemblée, Christophe Sirugue, a ainsi présidé sa dernière séance. Ayant eu le même nombre de voix que David Habib lors du vote, en début de législature, pour les vice-présidents socialistes de l’Assemblée, il a été convenu que chacun occuperait la fonction durant la moitié du quinquennat. Christophe Sirugue sera donc remplacé comme "VP", au 1er janvier, pour la seconde moitié de la législature par son collègue socialiste.

Et pour cette der', Patrick Bloche, le président de la commission des Affaires culturelles, à la fin du débat sur la modernisation de la presse, lui a rendu un vibrant hommage. Une tranche de vie parlementaire entre envolée lyrique et courtoisie républicaine : 

Vous êtes amenés à présider notre Assemblée pour la dernière fois durant cette législature puisque vous occupez cette belle fonction depuis l’été 2012 et que votre mandat si j’ose dire se termine au bénéfice d’un autre collègue. Et je voulais vraiment me faire le porte-parole tout du moins des députés présents pour vous exprimer notre vive reconnaissance et notre très grande gratitude parce que nous sommes nombreux à avoir eu la chance de participer à des séances que vous avez présidées.

Il poursuit, toujours sur la même tonalité lyrique, et allant jusqu’à citer Pierre Bellemare et Stromae :

Je pense que ce propos vaut autant sur les bancs de l’opposition que sur ceux de la majorité. Il y avait une formule radiophonique popularisé par Pierre Bellemare qui disait "vous êtes formidable". Eh bien voilà, l’adjectif qui qualifie le mieux la manière dont vous avez présidé notre Assemblée durant ô combien d’heures, ô combien de nuits, c’est que vous avez été un président de séance formidable. Fort heureusement, Stromae m’amène à ce que cet adjectif soit aujourd’hui formidable. Pour tout cela, merci.

Un hommage qui a ému Christophe Sirugue, spécialiste de la question des lobbies et qui a conduit à l'adoption de nouvelles règles encadrant les relations entre députés et représentants d'intérêt, entrées en vigueur en octobre 2013.

Voir la video, isolée par le Lab :


Dans les rangs socialistes, on loue auprès du Lab un "super vice-président" et "un très bon président de séance". "Il présidait les séances avec une grand impartialité. Et il était assez discret", salue le député socialiste et rapporteur de la loi sur le terrorisme Sébastien Piétrasanta. "Une présidence agile et habile, toujours douce et feutrée, même quand ça va tanguer", ajoute la député PS de l'Hérault Anne-Yvonne Le Dain. Du côté de l'opposition, le député UMP Christian Kert confie au Lab que c'était un président de séance "courtois et plutôt bienveillant, autant avec l'opposition qu'avec la majorité".

Christophe Sirugue, ancien maire de Chalon-sur-Saône, est celui qui, comme le rapportait le Lab, avait présidé une séance durant laquelle, interpellé par Christian Jacob, il avait confirmé implicitement que des députés trichaient lors des votes en séance durant les débats sur le mariage homosexuel.

Egalement vice-président de la délégation de l'Assemblée aux droits des femmes, il s'investira, à partir de janvier, sur la loi Macron pour la croissance et l'activité puisqu'il est vice-président de la commission spéciale chargée de son examen. Une commission qui a recalé Thomas Thévenoud.

Du rab sur le Lab

PlusPlus