Un député critique les relations entre l'UMP et les parlementaires sous Sarkozy : "Du temps de Copé, cela ne se passait pas comme ça"

Publié à 12h04, le 27 février 2015 , Modifié à 14h03, le 27 février 2015

Un député critique les relations entre l'UMP et les  parlementaires sous Sarkozy : "Du temps de Copé, cela ne se passait pas comme ça"
Jean-François Copé avant d'avoir pris connaissance d'un article du Point le concernant © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

NOSTALGIE – Il n'y a pas qu'au Parti socialiste que règnent certaines tensions entre parti et groupe parlementaire. À l'UMP aussi on se malmène. Mais, si à gauche ces divisions ne datent pas d'hier, à droite c'est un peu plus nouveau.

C'est en tous cas l'avis du très copéiste Guénhaël Huet. Comme d'autres députés, l'élu de la Manche n'était pas très content que l'UMP organise une réunion de la commission nationale d'investiture en même temps que le vote solennel sur la loi Macron le 17 février. Et il a tenu à le faire savoir, rapporte L'Obs du 26 février. Lors de cette réunion, il a dit :

Du temps de Jean-François Copé, cela ne se passait pas comme ça ! Il y avait davantage de coordination et de cohérence entre groupe parlementaire et parti.

 

Une critique de l'organisation actuelle qui se veut donc aussi un hommage à Jean-François Copé, dont le successeur à la présidence de l'UMP – aka Nicolas Sarkozy – semble pâtir d'un manque d'autorité.

Les mots de Guénhaël Huet ont en tous cas ravi les copéistes, qui n'ont pas manqué d'applaudir cette intervention. D'après Challenges, qui évoque aussi l'épisode, Jean-François Copé a même rougi.

Le 15 février, son ancien collaborateur Jérôme Lavrilleux avait évoqué non pas le passé mais l'avenir du député-maire de Meaux. Invité du Supplément, sur Canal+, il lui avait souhaité d'être "candidat un jour à la présidence de la République et devenir président de la République". Ni plus. Ni moins. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus