Arnaud Montebourg fait savoir qu'à l'inverse d'Emmanuel Macron, lui n'aurait pas eu besoin du 49.3

Publié à 12h01, le 27 février 2015 , Modifié à 12h16, le 27 février 2015

Arnaud Montebourg fait savoir qu'à l'inverse d'Emmanuel Macron, lui n'aurait pas eu besoin du 49.3
Arnaud Montebourg faisant adopter une loi en douceur © DOMINIQUE FAGET / AFP

Superman, lui, n'aurait pas eu à passer en force. S'il a récemment démenti être un super-héros, Arnaud Montebourg n'en reste pas moins un super-ministre en puissance. Des États-Unis où il poursuit ses activités d'humain lambda comme si de rien n'était et exerce ses talents de conférencier, l'ancien ministre de l'Économie glisse un petit taquet à son successeur à Bercy, Emmanuel Macron. 

La loi du ministre de l'Économie, il ne l'aurait pas votée. Par contre, il l'aurait fait adopter, et sans avoir à recourir à la force s'il-vous-plaît. C'est ce qu'Arnaud Montebourg affirme à Paris Match, vendredi 27 février. L'hebdomadaire écrit :

À l’origine du projet de loi, son prédécesseur Arnaud Montebourg confie que lui aurait su éviter le 49-3.

Et Arnaud "je ne suis pas un héros" Montebourg d'ajouter : 

Il est sympathique, ce Macron, mais il est un peu junior...

Encore une victoire de Montebourg, donc. Pour sa part, l'actuel résident de Bercy a déjà indiqué qu'il "préfère rester neuf", considérant que "l'expérience" en politique conduit trop souvent à "réduire l'ambition collective". 

S'ils ne sont pas ennemis jurés, les deux hommes n'en sont pas à leur premier affrontement. Mais même les plus grands tombent parfois sur des adversaires à leur hauteur. C'est ce que Manuel Valls a tenu à rappeler à son ancien ministre, jeudi 26 février. 

[BONUS TRACK] La bamboula post-49.3

D'accord, Emmanuel Macron était un peu désabusé de devoir recourir au 49.3 pour faire adopter sa loi. Mais ce n'est pas une raison pour ne pas célébrer comme il se doit la fin du marathon parlementaire sur son texte. Paris Match écrit ainsi que le 19 février, jour de l'adoption de son texte, le ministre de l'Économie a retrouvé Manuel Valls, Najat Vallaud-Belkacem, Fleur Pellerin et Jean-Marie Le Guen dans un restaurant pour fêter ça.

Et malgré l'ambiance de crise interne au PS, le gouvernement ne s'est pas laissé démoraliser, comme le rapporte le magazine :

Les agapes furent joyeuses. On a ri et même chanté. Emmanuel Macron est reparti sous les applaudissements des clients. 

Un peu comme Arnaud Montebourg stoppant l'attaque d'un miroir fou. Un peu comme un super-héros, finalement. 

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus